Observatoire du 4 décembre 2003

 

QUESTIONS SUR LES ÉTATS-UNIS

Par François TREILHOU, groupe "Amériques"

Les élections présidentielles de 2004 pèsent dès maintenant sur toutes les décisions politiques du gouvernement des États-Unis. Le président Bush peut-il être battu ? Bien que favori, les élections risquent d’être serrées ; tout dépendra de la qualité du candidat démocrate. Parmi les nombreux postulants deux noms ressortent aujourd’hui : Kerry et Dean, ce dernier étant peut-être plus performant dans ses prestations médiatiques. Les programmes politiques semblent peu motiver les gens.

L’opposition démocrate, à la chambre ou au sénat, se fait systématiquement accuser de réaction anti-patriotique, ce qui l’a longtemps paralysée.

Quel est le risque lié à l’Irak ? Le Vietnam a laissé un traumatisme profond aux Etats-Unis, bien que les pertes américaines aient été relativement faibles mais la rancœur des anciens combattants a été reprise et amplifiée par tous les médias.

Le président Bush et ses conseillers ont agi pour limiter la couverture média liée au rapatriement vers les Etats-Unis des corps des G.I. décédés. Ils ont également réalisé que la position électorale du Président serait meilleure s’il pouvait montrer une limitation de l’engagement des États-Unis en Irak et un début de solution politique. Pour cela, ils ont fait appel à des troupes alliées autres que celles des Britanniques et se sont ralliés à l’idée de mettre en place un gouvernement provisoire irakien en juin 2004.

Mais restent des questions non résolues :

- Est-il possible d’implanter une vraie démocratie en Irak telle que le prévoit le plan Bush ?

- Quel rôle pourra jouer l’ONU pendant la période de transition ?

- Que se passera-t-il si un jour les Américains décident de retirer leurs troupes comme ils l’ont fait en Somalie ?

L’économie.

Une croissance économique de 8,2% sur un an, a frappé les milieux économiques comme par ailleurs la récente faiblesse du dollar par rapport aux autres monnaies. Cette croissance tire d’une manière positive l’économie mondiale. Elle crée des emplois : 300 000 dans les derniers mois, avec un taux de chômage ramené à 6%, soit 2% au dessus du taux quasiment incompressible des pays développés.

Un dernier trimestre exceptionnel vient confirmer les prévisions de croissance pour 2004, supérieures à 4%. Mais avec la productivité en progrès constant aux États-Unis, il faut une croissance supérieure à 3,5% pour créer des emplois.