OBSERVATOIRE DES MEDIAS ETRANGERS
Aperçu de l'actualité de l'été 2003


UN GROUPE DE 10 MEMBRES D’ARRI SE PARTAGE LA LECTURE DE GRANDS JOURNAUX ET PERIODIQUES ETRANGERS (NEWSWEEK, THE ECONOMIST, LES IZVSTIA, DIE WELT, CORRIERE DELLA SERRA, EL PAIS, AFRICA INTERNATIONAL …ET D’AUTRES SUIVANT L’ACTUALITE) POUR DEGAGER UN PANORAMA MENSUEL DES ARTICLES DONNANT UNE IMPRESSION DE L’OPINION ETRANGERE SUR LES REALITES INTERNATIONALES. IL NE S’AGIT QUE DE TRADUCTIONS, SANS PRISE DE POSITION NI INTERPRETATION DE ARRI.

CET "’OBSERVATOIRE DE MEDIAS ETRANGERS" ET CEUX DES MOIS PRECEDENTS, SONT CONSULTABLES SUR CE SITE (rubrique "INTERNATIONAL" ).

DANS L’ACTUALITE DE CET ETE 2003

UN APERCU DE L’ACTUALITE DE L’ETE 2003

SURVOL DE L’ACTUALITE DE L’ETE A TRAVERS UN GRAND "NEWS" AMERICAIN

LA CONSTITUTION DE L’U.E TREBUCHE SUR L’HERITAGE EUROPEEN (LA VANGUARDIA, ABC)

CRISE NUCLEAIRE EN COREE : LE SUCCES DE LA DIPLOMATIE CHINOISE(LETTRE QUESTION CHINE)

SURVOL DE L’ACTUALITE DE L’ETE A TRAVERS UN GRAND "NEWS" AMERICAIN

NEWSWEEK INTERNATIONAL - 30 juin au 13 juillet

Le prochain point chaud (extrait - R. Wolfe et B. Dehghanpisheh)

« " En Iran les Américains aimeraient aider les réformateurs et empêcher les ayatollahs de devenir une puissance nucléaire. Mais le gouvernement est très divisé sur les moyens à utiliser pour cette fin". Le résultat est une étrange contorsion politique : par exemple envoyer en Iran les inspecteurs de l’ONU que Bush avait récusés en Irak. Les conséquences, d’après B. Nabavi, le "deputy speaker" du parlement iranien, ont été d’aider les conservateurs en place.
Les Français et les Anglais tentent des rapprochements en offrant des liens commerciaux et une reconnaissance internationale, mais ils ne peuvent rien contre les sanctions économiques américaines.
… … Les choses peuvent changer à Téhéran mais l’Amérique ne peut s’attendre à aucune gratitude, quelle que soit sa future politique. »

Le plus intelligent des singes (F. Zakaria)

« Il s’agit de Tony Blair qualifié de "singe" par la presse britannique qui exploite le sentiment anti–guerre de la majorité de l’opinion. Et pourtant Blair a la meilleure vision européenne, en fait la seule faisant preuve d’esprit pratique. Une union économique harmonisée par les différents gouvernements, pas un super Etat. L’Europe serait un partenaire pour les Etats Unis, pas un rival (rappelons par exemple que les Etats Unis ont 500 C-130, avions de transport de troupes, et l’Europe, 4). Ce serait une tragédie si la voix de Blair n ‘était pas entendue. »


NEWSWEEK INTERNATIONAL - 14 au 28 juillet

On combat toujours Saddam (S. Johnson – E. Thomas)

« Apparemment la guérilla a toujours fait partie des plans de Saddam. La C I A pense que l’appel au
djihad, lancé par Saddam, était authentique. Depuis la fin officielle des hostilités, le 1er mai 2003, 77 soldats américains et 10 anglais sont morts ; des centaines d’autres ont été blessés. D’après une enquête de Newsweek, l’approbation du Président est passé de 74 à 53 %.
On parle d’une occupation qui pourrait durer 4 ans (à 1 milliard par semaine).

Rappelons le coût de (la présence américaine" dans) "l’empire" américain :

Royaume Uni : 11 400 soldats – Allemagne : 71 000 – Bosnie : 8 300 – Italie : 11 900 – Arabie Saoudite : 4 800 – Koweit : 4 300 – Irak : 148 000 – Afghanistan : 7 300 – Corée du Sud : 38 000 – Japon : 39 700 Soit, en tout, 344 200 soldats.

Les dépenses annuelles de la Défense sont de 399 milliards de dollars. »

De l’espoir pour l’Afrique (extrait - G. Cowley)

« G. Bush est en Afrique pour une semaine. Il visitera cinq pays : Afrique du Sud, Ouganda, Nigeria, Sénégal et Botswana (où 40 % des adultes sont atteints du Sida) – C. Powell a dit que le Sida est plus mortel qu’aucune guerre – Le projet de G. Bush, qui doit être revu par le Congrès, serait d’accorder une aide de 3 milliards de dollars par an à 14 pays, dont 12 en Afrique.
La trithérapie coûtait 10 000 $ par an, aujourd’hui, 1 $ par jour … … Bush est critiqué car il veut distribuer cette aide via des "agences gouvernementales" plutôt que par des O N G spécialisées ayant déjà fait leurs preuves. »

Suivez la route du "gateau jaune" - Yellow cake - (M. Isikov – E. Thomas)2

"Ce qui a débuté par un petit mystère italien est devenu un drame qui teste la crédibilité de Bush comme jamais auparavant". En janvier 2001 la police italienne a constaté que l’Ambassade du Niger à Rome avait été l’objet d’une incursion. Peu de choses avaient été volées mais il y avait beaucoup de papiers épars au sol. Le Renseignement Italien devait obtenir, d’un diplomate africain, des papiers à l’allure officielle. Il y apparaissait que Saddam voulait acheter 500 tonnes de "yellow cake" (c’est à dire d’uranium pur) qui peut servir à construire des bombes nucléaires. On prévient la C I A et le Renseignement anglais ; Ces documents se révélèrent des faux grossiers. Le F B I enquête tous azimuts, il interroge même la C I A !
Un scénario qui promet des rebondissements dans le vaudeville du Renseignement. »


NEWSWEEK INTERNATIONAL - 29 juillet au 10 août

Un Mandela du Moyen Orient - Marwan Barghouti - (Dan Ephron)

« Barghouti est soit un terroriste sanguinaire, soit le meilleur recours pour une paix durable, soit les deux à la fois. A 44 ans il est le prisonnier d’Israël le plus éminent. Il pourrait donner au 1er Ministre Abou Mazen une légitimité dont il a bien besoin. Le mois dernier il a approuvé, de sa prison, la décision de trois mois de cessez-le-feu. Il pourrait faire l’objet d’un échange de prisonniers. Sa femme Fadwa, une avocate, a visité 17 pays pour plaider sa libération. Elle n’a pas encore convaincu les Israéliens. »


NEWSWEEK INTERNATIONAL - 11 au 28 août

La menace rouge (J. Adams)

« Les entrepreneurs américains poussent de hauts cris à propos de la concurrence, jugée déloyale, d’un nouveau rival : La Chine. A la fin des années 80 ils avaient déjà tiré la sonnette d’alarme à propos du Japon. Plutôt que d’augmenter les droits de douane, Washington préférerait réclamer le flottement du Reinminbi (la monnaie chinoise). Celle-ci est maintenue artificiellement basse par la Chine.
En 2001 la Chine a rejoint l’O M C et en 2005 les quotas textiles tomberont, ce qui ruinera les producteurs américains. De 2000 à 2002, les importations de télévisions sont passées de 210 000 à 2,7 millions; de 1999 à 2002, celles de meubles en bois sont passées de 1,114 milliards de dollars à 2,89 milliards. Les industriels soulignent que la concurrence japonaise baissait les prix de 25 %, celle des Chinois de 70% ! et de plus ils pratiquent le travail forcé et le travail des enfants.
On en reparlera dans la campagne électorale. »

Un gros craquement pour le commerce mondial
(extraits - R. Samuelson)

« Le système global des échanges a des difficultés. En particulier parce qu’il dépend en grande partie des gros déficits américains. De 1996 à 2002 ce déficit a bondi de 191 milliards de dollars par an à 485. Nous achetons de grandes quantités de biens : des voitures, des vélos, des CD et DVD, des chaussettes etc …
En 1996 nous avons importé 1,31 dollars de marchandises pour 1 dollar exporté. Aujourd’hui le ratio est de 1,76 pour 1 dollar exporté. Que va-t-il se passer ? L’Europe a une croissance économique trop faible pour augmenter ses importations ; l’Amérique latine aussi, et elle est de plus accablée de dettes; quant à l’Afrique, elle est si pauvre qu’elle ne compte pas dans le commerce mondial.
Alors l’Asie ? elle devrait sauver le système mais elle fera peut-être l’inverse car les asiatiques sont des exportateurs féroces. Depuis 1996 leurs réserves en dollars dans différents pays ont été multiplié par deux ou trois. Elles sont en général investies en bons du Trésor américains. En conséquence le système manque de fluidité.
De nos jours le marché global grandit mais on compte trop sur le marché importateur américain et ça nourrit des vulnérabilités politiques et économiques. … … Si cela continue nous allons vers le protectionnisme, des dévaluations en chaîne et des procédés de commerce discriminatoires.
C’est une vision dérangeante.»

"LA CONSTITUTION DE L’U.E TREBUCHE SUR L’HERITAGE EUROPEEN"


LA VANGUARDIA

2 juillet - L’héritage européen (extrait - Andrea Riccardi, historien, fondateur de la Communauté de Sant’Egidio )

« Le préambule de la Constitution européenne est important pour le futur. Il faut que ce soit un texte qui inspire un sentiment d’appartenance européenne …

Le texte proposé parle de "legs culturels, religieux et humains" … franchement, je n’ai pas l’intention de "confessionnaliser" le texte fondateur européen. Cela dit, on aurait pu parler "d’un mouvement spirituel qui a marqué l’Europe pendant presque vingt siècles" mettant ainsi en lumière que ce mouvement spirituel s’identifie historiquement avec le christianisme.
Qu’on le veuille ou non, le christianisme a eu historiquement un rôle essentiel (non exclusif) dans la réalité européenne. Croyants ou non croyants, les Européens sont héritiers de traditions chrétiennes et de traditions laïques.
L’Europe doit savoir concilier les diverses traditions dont elle est fille, non les réduire au silence.

J’ai noté une autre absence dans le préambule : Pas de référence à la plus grande des tragédies européennes, la Shoa. Cela aurait représenté une référence décisive également pour les nouveaux pays membres …

J’aurais dit aussi que l’U.E est la conquête définitive de la paix entre les pays européens. Une allusion plus claire au passé guerrier de notre continent aurait éliminé la guerre du camp des choix …

Mais en conclusion, le mieux est l’ennemi du bien : Peut-être devrons nous nous contenter de ce texte, marqué par les oublis et les compromis.»

4 juillet - Les racines de l’Europe (extrait - Jose Antich, rédacteur en chef)

« Au nombre des objets de débat à propos du projet de Constitution européenne, figure celui d’une référence aux racines chrétiennes de l’Europe. Evidemment, comme fait historique et non comme volonté confessionnelle … il semble évident qu’au moins dans la grande majorité des Etats européens les racines chrétiennes sont cosubstantielles de leur propre histoire et qu’essayer de les nier n’est rien moins qu’une sottise de taille …
L’utilisation par Raffarin de références aussi chrétiennes que le paradis, le purgatoire ou le ciel … met en évidence que cette culture a traversé le temps et que ce serait une erreur que de nier la réalité. »

A B C (4 juillet)

Assumer le passé chrétien (extrait - Alfonso Lopez Quintas, de l’Académie royale des sciences morales et politiques)

« Souligner dans la Constitution de l’U.E le rôle décisif du christianisme dans l’esprit et les institutions de l’Europe a une portée bien supérieure à la simple reconnaissance d’une donnée historique relative au passé … …
L’art européen est incompréhensible sans l’influence du christianisme : l’architecture sacrée, mais aussi la musique européenne, née du chant grégorien – les grandes œuvres classiques sont marquées par l’esprit chrétien ; à titre d’exemple, la scène finale de Don Giovanni où se confrontent trois niveaux : celui de l’abandon au plaisir, le niveau éthique de la création d’engagements personnels, le niveau religieux du respect inconditionnel de l’Être suprême. Les grandes œuvres littéraires, de la Divine Comédie de Dante aux frères Karamazov de Dostoïevsky, ne sont pas non plus compréhensibles sans l’attraction des gens vers un monde supérieur, transcendant et proche à la fois… …
Même la science … comme l’a souligné Einstein : "Bien que les résultats scientifiques soient indépendants de quelque considération morale ou religieuse, il est certain que les hommes auxquels la science doit ses plus grands succès furent imprégnés de la conviction authentiquement religieuse que cet univers est susceptible d’être connu au travers de l’effort humain de compréhension rationnelle."»


"CRISE NUCLEAIRE EN COREE : LE SUCCES DE LA DIPLOMATIE CHINOISE"


LETTRE "QUESTION CHINE" (www.questionchine.net)

La crise nucléaire en Corée (extraits - Henri Eyraud)

« Dans la crise nucléaire en Corée, qui dure depuis près d’un an, le grand événement de l’été est le retournement de la position de Pyong Yang le 31 juillet.
La Corée du nord exigeait jusque là une négociation bilatérale avec les Etats Unis et refusait toute rencontre multilatérale … … Le jeudi 31 juillet les représentants de la Corée du nord ont fait savoir aux Etats Unis (à New York), à la Corée du sud et à la Russie, que leur pays donnait son accord à une négociation à six sur la crise nucléaire, incluant des pourparlers directs entre Washington et Pyong Yang. "Les six" sont les deux Corée, la Chine, les Etats Unis, le Japon et la Russie. Une telle conférence pouvait commencer fin août dans la capitale chinoise.

Ce retournement de la position officielle de Pyong Yang faisait suite aux efforts diplomatiques de la Chine depuis plusieurs semaines et aux contacts peu à peu convergents entre les cinq interlocuteurs de Pyong Yang, mais aussi à un resserrement du blocus des exportations illégales de la Corée du nord (drogue, fausse monnaie et armes), à une menace américaine de retrait du K E D O fin août et aux manœuvres de Moscou pour s’introduire dans le processus. … …
Néanmoins, la pression exercée par Pékin semble bien avoir été la contrainte qui a le plus contribué au changement d’attitude de Pyong Yang. … …

La Chine peut considérer comme un succès de sa diplomatie d’avoir réuni à Pékin pendant trois jours (27 au 29 août) les représentants des Etats Unis, des deux Corée, de la Russie, du Japon, avec sa propre délégation, pour présenter la position de chacun sur les programmes nord coréens d’armes de destruction massive. Deux points ont pourtant déçu : aucun communiqué ou déclaration commune n’a pu être publié et la date d’une prochaine rencontre n’a pas pu être fixée (elle sera négociée par les voies diplomatiques habituelles).
En revanche le Ministre adjoint des Affaires Etrangères, WANG Yi, a pu faire état d’un consensus sur six principes. Pyong Yanga, d’autre part, a proposé un plan en quatre étapes pour s’assurer que les Etats Unis feraient les concessions demandées avant la Corée du nord. Malgré plusieurs provocations verbales de cette dernière , les Américains se montrent relativement satisfaits de ces trois jours de pourparlers.»


Odile Boulloche Henri Eyraud Claude Gaboreau Guy Girod Genet Bernard Chadenet Michel Kavyrchine Henri Moullier Marion Ordonneau François Treilhou André Troesch