OBSERVATOIRE DES MEDIAS ETRANGERS
Avril 2003


UN GROUPE DE 10 MEMBRES D’ARRI SE PARTAGE LA LECTURE DE GRANDS JOURNAUX ET PERIODIQUES ETRANGERS (NEWSWEEK, THE ECONOMIST, LES IZVSTIA, DIE WELT, CORRIERE DELLA SERRA, EL PAIS, AFRICA INTERNATIONAL …ET D’AUTRES SUIVANT L’ACTUALITE) POUR DEGAGER UN PANORAMA MENSUEL DES ARTICLES DONNANT UNE IMPRESSION DE L’OPINION ETRANGERE SUR LES REALITES INTERNATIONALES. IL NE S’AGIT QUE DE TRADUCTIONS, SANS PRISE DE POSITION NI INTERPRETATION.

CET "’OBSERVATOIRE DE MEDIAS ETRANGERS" D’AVRIL ET CEUX DES MOIS PRECEDENTS, SONT CONSULTABLES SUR CE SITE (rubrique "INTERNATIONAL").

LES PRINCIPAUX SUJETS RETENUS CE MOIS D'AVRIL 2003

.


LES AMERICAINS ONT GAGNE LA GUERRE, PAS ENCORE LA PAIX (NEWSWEEK, )
LA DOCTRINE BUSH (INTERNATIONAL HERALD TRIBUNE / NEW YORK TIME)
VICTOIRE MILITAIRE MAIS DEROUTE DES INSTITUTIONS SUPRANATIONALES (A B C)
CUBA RAPPELLE A L’OPINION MONDIALE QU’ELLE EST UNE DICTATURE (EL NACIONAL, EL MERCURIO, LA REPUBLICA, MILENIO, CLARIN)
LA CACOPHONIE DE LA CONSTRUCTION EUROPEENNE (DIE WELT, NEWSWEEK, AFRIQUE ASIE)

LES BREVES (NEWSWEEK, THE TIME, HERALD TRIBUNE, BOSTON GLOBE, NEZAVISSIMAIA GAZETA, VLAST’, LES IZVSTIA, AFRIQUE ASIE,
DIE WELT, A B C)

et, "L’ESPAGNE, DECUE PAR L’EUROPE, INSTRUMENTALISE SES LIENS COMMERCIAUX AVEC L’AMERIQUE" (DIARO DEL CORREO)


LES AMERICAINS ONT GAGNE LA GUERRE, PAS ENCORE LA PAIX.

NEWSWEEK (7 avril)

Ils se sont bien battus pour Staline (Fareed Zakaria)

« Les prédictions au cours des guerres sont choses dangereuses. Néanmoins je vais en faire une : "Ne pariez pas contre les Etats Unis."
Depuis 100 ans, depuis le Kaiser jusqu’à Saddam Hussein, les gens l’ont fait à leur propre péril. Les hommes de Saddam se sont révélés plus combatifs que prévu mais peut-être l’erreur avait-elle consisté à ignorer délibérément leur nationalisme. Staline a eu beau purger l’armée, tuer des millions d’hommes et de femmes dans les camps et par des travaux collectifs, les soldats russes écrivaient "pour la patrie et pour Staline" sur leurs tanks.
"Si la majorité des britanniques pensent que Washington se bat en Irak pour le pétrole, il est sûrement possible que la plupart des irakiens le pensent aussi." Les Syriens et les Lybiens vivent aussi sous une dictature et ils ne sont pas pro-américains pour autant.

Les Allemands et les japonais n’ont pas accueilli les Américains à bras ouverts en 1945 mais ils leur ont été reconnaissants en 1955. Les Irakiens seront gagnés à la cause américaine, pas dans les cinq semaines à venir, mais dans les cinq ans.»
NEWSWEEK (14 avril 2003)

Achetez Américain (Rana Foroohar)

« Dans un premier temps les contrats de reconstruction de l’Irak ont été confiés à des sociétés américaines comme Bechtel et Halliburton. L’eurocrate Chris Patten a qualifié cette attitude de "exceptionnellement maladroite". Rien n’est simple. L’USAID annonce officiellement que toute société étrangère peut soumissionner mais la reconstruction de l’industrie pétrolière sera la plus importante affaire et on peut plaider que Total Fina Elf est la mieux placée depuis 1996. "Dans ce cas au moins les intérêts américains pourraient être servis au mieux par - horreur ! - les français." »

NEWSWEEK (21 avril 2003)

Comment gagner la paix (Fareed Zakaria)

« I - LE DEFI : Améliorer le régime sera facile, installer la démocratie sera un dur labeur. … … Les élections ne suffisent pas à créer la démocratie. Exemple : Poutine en Russie, Chavez au Vénézuela … … La Grande Bretagne et les Etats Unis étaient considérés comme des démocraties il y a deux cents ans et pourtant moins de 5 % de la population votaient. … …

II - LES OBSTACLES : Le pétrole peut apparaître comme une aide mais en fait il peut être un obstacle. La Banque Mondiale a essayé, avec quelque succès, de monter un "trust fund" au Tchad et en Alaska et elle distribue ensuite les profits. C’est un peu une nouvelle version de la redistribution des terres. Cela semble marcher. … …
III - L’OCCASION : … … Les premières années seront taxées de "colonialistes". Un Ministre saoudien a déjà demandé la fin de l’occupation. D’autres pays devraient être appelés à coopérer et on ne doit pas oublier l’exemple du plus grand modernisateur du Moyen Orient, c’est Mustafa Kemal "Atatürk". On peut aussi espérer que les Irakiens auront à cœur de ne pas renouveler l’horrible expérience des trente dernières années.»


LA DOCTRINE BUSH


NEW YORK TIME / INTERNATIONAL HERALD TRIBUNE (14 avril 2003)

La doctrine Bush (Editorial - extrait)

« Après la campagne de trois semaines qui éjecta le régime de Saddam Hussein, l’Administration Bush
pourrait être tentée de déchaîner les forces américaines contre le prochain dragon cracheur de feu, que ce soit la Syrie, l’Iran ou la Corée du Nord. Tandis que le Président Bush a tout lieu d’être satisfait de la victoire en Irak, il ne devrait pas confondre la performance militaire avec la validation de sa doctrine d’attaques préventives.

Nous n’avons pas aimé cette doctrine combative, quand elle fut dévoilée officiellement en septembre dernier, parce qu’elle paraissait s’éloigner de la tendance historique de l’Amérique de travailler avec d’autres nations pour préserver la paix et de ne recourir à la force que lorsque sa sécurité était menacée. Le renversement de Saddam ne paraît pas accroître sa validité.

… … Le désir de "redresser les torts" est une noble tradition de la politique étrangère américaine et peu s’opposeraient aux portions de la doctrine Bush qui étendraient des bienfaits de liberté, de démocratie, de prospérité et d’Etats légaux aux quatre coins du globe. Malheureusement, ces objectifs ont été voilés par une posture arrogante et unilatérale et par une revendication agressive du droit de déclencher une action préventive contre les Etats menaçants.

Pour de nombreux peuples et nations, la façon d’agir de l’Administration Bush à l’encontre de Saddam Hussein confirma les doutes suscités par la doctrine. C’est une des raisons des fortes oppositions contre la guerre dans le monde entier …. … Une doctrine qui prétend répandre le bonheur, mais aboutit à répandre le ressentiment, ne fonctionne pas bien. Quelque soit le nombre de statues abattues.

C’est pourquoi il est spécialement important de montrer que les Etats Unis ont aussi la confiance et la sagesse de rengainer leur épée jusqu’à ce qu’elle soit vraiment utile.»


VICTOIRE MILITAIRE MAIS DEROUTE DES INDSTITUTIONS SUPRANATIONALES


A B C (5 avril 2003

L’autre guerre (extraits – Charles Hugues de Bourbon Parme, Université d’Harvard)

« Une victoire de la coalition anglo-américaine en Irak n’exclut pas une déroute politique. Qu’à minima celle-là et la crise associée servent pour une révision des mécanismes politiques et institutionnels au niveau international.

… … Saddam Hussein a atteint trois objectifs : survivre avec son régime durant 12 ans après la première guerre du golfe, torpiller le travail des inspecteurs des Nations Unies, qui ne furent pas soutenus par Washington lors de leur expulsion en 1998, en troisième, il a obtenu que les Etats Unis se retrouvent seuls face au monde …

C’est là que prend racine le principal danger pour les Etats Unis et tout le monde démocratique : que la guerre débouche sur une victoire militaire accompagnée d'une déroute des institutions supranationales. C’est la raison pour laquelle il faut considérer aujourd’hui comme prioritaire la reconstruction de ces institutions, et pas seulement celle de la société irakienne.
… … En moins d’une génération, des quasi 200 membres actuels des Nations Unies, la moitié au moins auront développé un armement de destruction massive nucléaire, biologique ou chimique, dépassant probablement le potentiel mortifère actuel. Que se passera-t-il si un quelconque Etat applique la doctrine actuelle du Président américain ? quelle autorité auront les Etats Unis face à une menace prenant modèle sur eux ?

Une seule guerre est indispensable et juste : la guerre contre la pauvreté et pour le développement. Les deux sont les conditions politiques, sociales, de la paix.

Sans ordre politique supranational, il n’y aura pas de développement économique global. Sans développement économique, il n’y aura pas d’espérance pour les trois quarts de l’humanité. sans espérance, il n’y aura que des conflits désespérés. Sans une lumière au bout du tunnel il n’y a pas d’avenir pour ceux qui vivent à l’ombre de la mort, courant droit à une nuit des longs couteaux dont nous seront aussi les victimes. »


CUBA RAPPELLE A L’OPINION MONDIALE QU’ELLE EST UNE DICTATURE


Profitant d’une mobilisation des médias internationaux sur le conflit irakien et face au mécontentement lié à une situation économique calamiteuse, Fidel Castro a décidé de frapper très fort la dissidence interne (exécution de 3 jeunes "pirates de la mer", voulant fuir aux Etats Unis et peines d’emprisonnement disproportionnées pour 75 opposants pacifiques) pour sauver un pouvoir menacé. Réactions de la presse d’Amérique latine :

Extraits de la presse Sud américaine

EL NACIONAL (Venezuela)

Rapporte que « l’Uruguay, soutenu par de nombreux pays d’Amérique, étudie une résolution qui sera présentée à la Commission des Droits de l’Homme à Genève, demandant au gouvernement de Cuba d’accepter la visite d’un émissaire de cette commission, contrôle refusé par Fidel Castro en 2002. »

EL MERCURIO (Chili)

Cite un document du gouvernement qui condamne Cuba et s’associe à la démarche de l’Uruguay. Le document rappelle la nécessité d’abolir la peine de mort dans toutes les législations … …


LA REPUBLICA (Uruguay)

S’arrête sur « le cas de plusieurs écrivains, amis de toujours de Cuba, qui ont été choqués par cette répression. Le prix Nobel de littérature portugais, José Saramago, annonce la fin de sa longue relation avec le gouvernement de Fidel Castro. Il écrit : "Jusqu’ici, j’ai suivi. Mais à partir d’aujourd’hui et désormais, Cuba suivra son chemin mais moi je m’arrête. Cuba n’a pas gagné de bataille héroïque en fusillant ces trois hommes mais pour moi il a perdu ma confiance, a ruiné mes espoirs et il a détruit mes illusions"»

MILENIO (Mexique)

Expose la position officielle du gouvernement cubain qui, « s’est vu obligé, ces derniers jours, de déclencher la vague d’arrestations et de jugements sommaires en réponse à une cinquième colonne que les Etats Unis essaient de mettre en place dans l’île. … …

L’ingérence des Etats Unis dans les affaires internes est devenue insupportable et ils sont responsables de ce qui est arrivé. Cuba n’aurait-il pas le droit de se défendre de la puissance la plus importante de la planète qui utilise les opposants et les dissidents comme agents à sa solde ? … … »

CLARIN (Argentine)

Rapporte les paroles de Fidel Castro « Une agression militaire des Etats Unis conduirait à une guerre de cent ans. Les Etats Unis ont la force de la technologie mais ils ne connaissent rien à la politique. Ils se trompent s’ils font une guerre contre nous, nous avons étudié chaque guerre, chaque technologie, tout ce que nous aurions à faire … ici il y a une conscience, une culture révolutionnaire et nous avons une idée très claire de ce qu’il faut faire.»

Le 17 avril à Genève la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU adopte une résolution très modérée sur Cuba, sans référence à la vague de répression actuelle. « C ‘est une victoire morale de la révolution » a estimé le gouvernement de Fidel Castro.
Une résolution renouvelle la demande de l’envoi d’un émissaire, du Haut Commissariat aux Droits de
l’Homme, à Cuba. Les Etats Unis ont demandé que Cuba ne siège plus à cette commission l’année prochaine.

LA CACOPHONIE DE LA CONSTRUCTION EUROPEENNE


DIE WELT (22 avril 2003)

Giscard propose une réforme globale des institutione européennes

Le Président de la Convention a en tête un futur président du Conseil européen élu. Les petits pays de l’Union se sont jusqu’à maintenant prononcés contre, de manière véhémente.

« Les petits pays veulent en effet en rester au système de présidence tournante.

Giscard se saisit également de la demande de la France, de l’Allemagne et des petits Etats pour qu’à l’avenir le Président de la Commission soit élu par le Parlement européen. La Commission aura comme maintenant vocation à émettre des propositions en matière de politique européenne et à surveiller la mise en œuvre des traités. Dans l’esprit de Giscard, le Conseil doit rester l’organe central de décision au niveau de l’Union.

D’après la proposition de Giscard, la Commission doit être réduite à 13 membres, son Président élu devra nommer 11 commissaires, qui devront être confirmés par le Parlement. Se joindra à eux un Ministre européen des Affaires Etrangères, désigné par le Conseil et membre à la fois de la Commission et du Conseil.

Les Etats membres devront également élire un vice-Président du Conseil. Président et vice-Président auront un mandat de deux ans et demi, renouvelable une fois.»

DIE WELT (4 avril 2003)

La CSU rigoureusement opposée à un "super état européen"

Le groupe bavarois s’oppose à l’interventionnisme excessif et au centralisme que permettrait la nouvelle constitution de l’Union Européenne. Des déclarations de dirigeants de la CSU :
"La chose devient française et donc centraliste"

"Une énorme machinerie européenne est en marche, en direction d’un élargissement des compétences centrales qu’on devrait au contraire réduire."

"Les compétences en matière de politique structurelle ou de politique d’immigration doivent être ramenées au niveau national, pour en arriver à une configuration responsable et efficace.

« La CSU rejette toute capacité de la Commission en matière de coordination de la politique économique, considérant que c’est aux Etats membres de coordonner leurs politiques économiques dans le cadre de l’UE.

Müller va plus loin en demandant que les frontières de l’UE soient clairement précisées, la définition de l’Union dans le projet actuel laissant la porte ouverte à la Russie et à la Turquie … Il demande également que le droit de recours contre les décisions de l’Union ne soit pas limité au gouvernement, comme c’est prévu dans l’actuel projet, mais s’étende au Bundestag et au Bundesrat.»

NEWSWEEK (7 avril 2003)

Qui parle pour l’Europe ? (Sryker Mc Guire)

« Chirac joue les de Gaulle et Blair les Churchill, dans une course au pouvoir dans le "vieux monde". Une collision frontale peut être évitée ; cela dépendra beaucoup de Washington. Les 15 pays de l’Europe avaient déjà beaucoup de dissensions, avec les 10 nouveaux venus la cacophonie risque d’être étourdissante. L’avenir semble s’orienter vers un espace économique plutôt qu’un espace politique.»

LES BREVES LES BREVES LES BREVES LES BREVES LES BREVES


« Vous savez, le monde devient fou : Le meilleur rappeur est blanc, le meilleur golfeur est noir, les Suisses ont gagné l’America’s cup, la France accuse l’Amérique d’arrogance et l’Allemagne ne veut plus faire la guerre.» NEWSWEEK - 7 avril 2003

NEWSWEEK (21 avril 2003)

C’est la dernière chose dont les Irakiens ont besoin (Mauro Suttora)

« Je joue mal au tennis, sinon j’aurais aimé Sao Tomé, une île équatoriale au large de l’Afrique. J’étais le seul client –non membre de l’ONU- dans un hôtel 5 étoiles de la capitale. A part quelques rencontres organisées autour de l’économie du pays, les employés de l’ONU "passent le temps" en jouant au tennis. En Bosnie depuis 8 ans, au Kosovo et au Timor depuis 4 ans, dans les territoires palestiniens depuis 1948, l’ONU perpétue les problèmes. Je suis le fils d’un réfugié. Mon père a fui les territoires que l’Italie a perdus après la guerre au profit de la Yougoslavie.
Ils étaient 350 000 réfugiés qui ont très vite trouvé du travail et des logements. Excusez mon franc-parlé : Pourquoi condamner les Irakiens à être gouvernés par des bureaucrates paresseux et incompétents ? L’ONU c’est 65 000 fonctionnaires et un budget de 2,6 milliards de dollars par an, pour quel résultat ? c’est souvent 80 % des budgets qui sont attribués à un personnel très bien rémunéré et qui ne paie pas d’impôts. Qu’ils aillent jouer au tennis ailleurs.»

THE TIME – EUROPE (28 avril)

36 européens dont le courage, l’énergie et la générosité inspirent et contribuent à changer le monde

Le Français Claude Bébéar apparaît dans cette liste de 36 européens remarquables. L’article qui lui est consacré expose l’action qu’il a personnellement menée pour ouvrir l’élite française du monde des affaires aux gens des banlieues.
« Depuis octobre dernier, Bébéar, en liaison avec SOS Racisme, reçoit les curriculum vitae de résidents des banlieues, ayant un relativement bon niveau académique, et les transmet à des entreprises adhérants à ce programme. Son objectif, caser un millier de candidats, dès la première année, auprès de sociétés telles que Suez, Carrefour, etc … … "Nous disons aux employeurs, prenez deux candidats de même niveau de formation et d’expérience et vous serez étonnés par l’énergie et l’enthousiasme du candidat de banlieue.
… … Ils ont dû faire preuve de ces qualités pour obtenir leurs résultats dans un environnement très défavorable".»

COMMUNIQUE DE L’EGLISE ORTHODOXE RUSSE

Une enclave russe dans l’Union Européenne (résumé)
L’enclave de Kaliningrad, sur la Baltique, est un territoire russe isolé dans la nouvelle Union Européenne, mais les Russes restent attentifs à son développement. Le métropolite Cyril, de Smolensk et Kaliningrad, est un personnage important, du Patriarcat de Moscou, au cours d’une visite de travail à Kaliningrad il a visité le chantier de construction de la cathédrale du Christ Sauveur. … … Malgré certaines difficultés rencontrées dans les travaux (manque de matériaux, d’échafaudages, insuffisance de financement, …) le métropolite Cyril a exprimé sa satisfaction. Il a également rendu visite à "l’Ecole des Cadets Cosaques", … … Le cursus comprend "Les bases de la culture orthodoxe" …"L’histoire des Cosaques" …"l’équitation et l’instruction militaires"… …

DIE WELT (5 avril 2003)

La Bundeswehr prévoit l’occupation de l’Irak

Jusqu’à 1500 casques bleus allemands pourront être envoyés en Irak – en compensation la mission en Bosnie devra être suspendue.

« … … Les projets allemands doivent être considérés comme un premier pas vers la réconciliation avec les Etats Unis, commentait un général de la Bundeswehr … … Les Allemands enverraient de l’infanterie et du génie, d’autres pays européens fournissant des spécialistes comme des transmissions ou médicaux.

Le Chancelier n’a pas pris position sur cette question, se bornant à rappeler que l’Allemagne a toujours rempli ses obligations envers l’ONU.

… … On considère à Berlin que sans un engagement allemand dans le cadre de l’ONU, il n’y a aucune chance pour que l’industrie allemande obtienne des contrats pour la reconstruction.

Le débat interne à l’Allemagne a été lancé par le Cardinal berlinois Sterzinsky, qui s’est prononcé pour le boycott des marchandises anglaises et américaines. L’église évangélique a pris la position inverse. Le Conseil central des Juifs rejette la critique européenne des Etats Unis. Le député CSU Peter Gauweiler reproche aux Etats Unis d’avoir gâché le gain de popularité créé par l’attentat du 11 septembre, perdant ainsi moralement une grande bataille.»

AFRIQUE ASIE (mensuel dont les équipes de journalistes sont au Maghreb, en Afrique et en Asie – avril 2003)

Au secours de l’Afrique (extraits)

Lors du dernier sommet franco-africain Jacques Chirac a fait deux propositions concrètes : le gel des subventions agricoles communautaires et la réouverture du dossier de la dégradation des termes de l’échange, enseveli depuis 20 ans sous la paperasse onusienne.

« Les deux propositions seront soumises au prochain G8 qui doit se tenir en juin prochain sous la Présidence de la France …. …. En réalité, la mise en œuvre des idées de Jacques Chirac, partagées par la Commission européenne – et c’est là que le bât blesse - reste subordonnée à la réforme de la PAC, elle même suspendue au bras de fer agricole entre l’Union Européenne et les Etats Unis.
… … Le constat est admis depuis longtemps : Les subventions agricoles encouragent la surproduction, provoquant ainsi la chute des prix de produits agricoles comme le coton, le sucre, les céréales, le riz, les produits laitiers et les viandes, au détriment des producteurs africains et asiatiques, incapables d’affronter cette concurrence déloyale.

… … L’an dernier, les pays riches ont versé 311 milliards de dollars de subventions à leurs fermiers, soit deux fois plus que le montant de l’aide publique au développement consacrée par ces mêmes pays aux pays pauvres. Le Président des Etats Unis, George W. Bush, en a remis une substantielle couche supplémentaire pour l’année en cours, alors que, selon la Banque mondiale, la suppression des subventions agricoles permettrait une augmentation de 25 % des exportations des pays en voie de développement vers le Nord, générant ainsi annuellement quelques 60 milliards de dollars de revenus supplémentaires »

INTERNATIONAL HERALD TRIBUNE (7 avril)

Washington espère que la guerre d’Irak va faire passer un message à d’autres pays (David E. Sanger)

« … … Depuis plus d’un an, le Président et de nombreux membres de son équipe ont, en privé, admis que "la confrontation avec Saddam Hussein devait avoir une valeur de démonstration". Powell est le seul à demander qu’on ne parle pas "d’effet domino". Après que D. Rumsfeld ait informé l’Iran que les Etats Unis ne toléreraient pas l’entrée en Irak du "Badr corps", il semble bien que Téhéran soit devenu prudent … …
Le cas de la Syrie s’annonce différent. Bashar Assad aurait déclaré que si Bush était allé en Irak pour le pétrole, son objectif essentiel était de redessiner la carte de la région en fonction des intérêts d’Israël … … il serait donc urgent, selon Assad, que les arabes réétudient l’histoire de la "résistance" du Liban ; dans ce
récent interview, Assad paraissait suggérer que la Syrie serait la cible de Bush car la Syrie est "le cœur de l’arabisme".
De son coté, James Woolsey, ancien de la c.i.a, a déclaré ces jours–ci que le conflit irakien était l’ouverture d’une troisième guerre mondiale et que les ennemis de l’Amérique comprenaient les dirigeants religieux iraniens, des pays comme la Syrie et les groupes terroristes islamiques.»

LES IZVSTIA (quotidien russe - résumé - 4 avril 2003)

Tchétchènie

Le quotidien fait état d’un accord signé avec les Tchétchènes, en insistant sur le fait que la teneur de cet accord n’est pas connu, à l’exception de l’organisation d’élections de membres du pouvoir futur et en particulier d’un Président.
Le journaliste s’élève contre un tel ?projet-surprise? de résolution, qui va être présenté au Conseil de l’Europe à Strasbourg. Ce n’est pas cette fois l’œuvre de Lord Djadd (?) mais celle d’un député socialiste allemand.

A B C (4 avril 2003)

La France ne fonctionne pas (extrait)

« La Commission européenne a décidé de lancer une procédure de "déficit public excessif" contre la France pour avoir dépassé l’an dernier la limite de 3 % du PIB fixée pat le Traité de l’Union.
… … Il faut rechercher les maux de l’économie française dans les politiques conduites sur le marché du travail et à l’égard des entreprises ; La nécessaire privatisation des monopoles publics n ‘ a pas été abordée ; La position prise sur la guerre en Irak ne peut servir à cacher les problèmes économiques auxquels est confronté l’axe franco-allemand. La France est quelque peu meilleure que l’Allemagne, mais les obligations qu’elle ne satisfait pas sont excessives. »

NEWSWEEK (7 avril 2003)

"Cha Ching Cheney" ("Periscope")

« Le Vice Président Dick Cheney n’a pas complétement coupé les ponts avec Halliburton, la compagnie de services pétroliers dont il était le Chief Executive Officer. Il a démissionné quand il a commencé sa campagne pour être Vice Président mais il reçoit encore des compensations annuelles depuis 2001. Cette compagnie a des contrats d’environ 2 milliards de dollars avec l’armée. "Les flammes politiques ne font peut-être que commencer." »

AFRIQUE ASIE (avril 2003)

Désormais "Ituri" s’écrit en lettres de sang (extrait - Luigi Elongui)

Au nord-est de la République Démocratique du Congo, dans la Province orientale de cet immense pays de
2 345 000 km2, L’Ituri est le carrefour d’une mosaïque de populations soudanaises, nilotiques, bantoues, pygmées, … qui coexistaient autrefois en bonne intelligence dans un système sophistiqué d’échanges commerciaux et de relations culturelles. Cette région, qui abrite l’une des dernières forêts primaires de l’Afrique, connaît depuis plusieurs mois des conflits qui ont déjà fait plusieurs dizaines de milliers de victimes.


« Le bilan de ces combats a été particulièrement sanglant pour les populations de l’Ituri déjà victimes des atrocités et des violences inter-ethniques attisées par diverses factions armées et les officiers ougandais, parfois en rivalité entre eux. La MONUC, dénonce aussi des pillages, des viols, des amputations et même des actes d’anthropophagie, attribués aux milices Lendu, à l’encontre des pygmées. Ces atrocités font l’objet de plusieurs plaintes adressées à la toute nouvelle Cour pénale Internationale. »

VLAST’ (magazine russe – 7 avril 2003)

Pourquoi n’aimez-vous pas les américains ?

D’après les données de la fondation "Opinions Publiques", 71 % des Russes sont persuadés que le monde serait meilleur si les Américains ne s’en occupaient pas.

THE BOSTON GLOBE

La puissance de l’Europe (Robert Pape – résumé)

Robert Pape, de l’université de Chicago, note que l’Union Européenne représente désormais une puissance économique et commerciale supérieure à celle des Etats Unis. Il estime, qu’au prix d’un effort bien concerté, les Européens pourraient obtenir que la facture pétrolière soit dans l’avenir exprimée en Euros plutôt qu’en dollars US, ce qui minerait la position de celui-ci en tant que monnaie de réserve. Une "sortie du dollar" par des investisseurs asiatiques ou européens ne permettrait plus au gouvernement de G. W. Bush de continuer à assumer son énorme déficit budgétaire.

NEZAVISSIMAIA GAZETA (quotidien russe – 25 avril 2003)

Globalisation pétrolière (Extrait - Igor Ivanov)

« Les compagnies "YUKOS" et "Sibnepht" fusionnent pour créer une compagnie de rang mondial, leader de la production russe de pétrole.
La nouvelle compagnie "YUKOSibnepht" sera au premier rang mondial pour ce qui concerne les réserves et au quatrième pour la production. »

Le Vatican a refilé une fausse icône au Patriarcat (Oleg Nedumov)

« Les désaccords au sujet de la possible visite du Pape Jean-Paul II à Kazan menacent de se muer en véritable scandale international. L.e Patriarcat de Moscou conteste l’authenticité de l’icône de la "Mère de Dieu" de Kazan, dont la restitution constitue le prétexte formel à la visite du pontife romain en Russie.
L’église orthodoxe russe se réfère aux conclusions d’experts russes de restauration d’icônes.
Le premier Ministre italien, Silvio Berlusconi, déclare que l’icône conservée au Vatican est authentique…
Mais le fait que le saint Siège, demande dès à présent à la commission d’experts de ne publier le résultat de son expertise qu’après le mois de mai, montre que la partie catholique a aussi des doutes sérieux.
Quoi qu’il en soit, le Patriarcat de Moscou a maintenant un argument crédible pour contrarier tous les plans du Vatican.»

INTERNATIONAL HERALD TRIBUNE (17 avril 2003)

Washington va entamer des discussions avec la Corée du Nord, en présence de la Chine (résumé )

David E. Sanger souligne que les discussions devraient commencer à Pékin dès la semaine prochaine. Plutôt que de servir de simple intermédiaire la Chine aurait promis aux Etats Unis d’être un partenaire à part entière dans ces négociations. Ce projet écartant les alliés asiatiques de l’Amérique est une concession destinée, entre autres, à sauver la face des Nord coréens. Des dirigeants américains ont déclaré que les Etats Unis s’étaient réservés le droit d’appeler à ces discussions d’autres participants : Japon, Corée du Sud et Russie

AFRIQUE ASIE (avril 2003)

Le djihad des talibans a repris en Afghanistan

« Le nombre croissant d’attaques lancées ces derniers mois contre les forces internationales dirigées par les Etats Unis suscite de vives inquiétudes, pour l’avenir de ce pays ravagé par la guerre, et celui de la région toute entière. L’ONU et des ONG ont été contraintes de fermer leurs bureaux situés en dehors de Kaboul.
Il y a Al-Qaïda et les Taliban, redevenus actifs, mais aussi l’ancien moudjahid et Premier Ministre Patchoun (1996) Gulbuddin Hekmatyar, qui est cité comme à l’origine d’attaques contre les troupes gouvernementales et étrangères. Il figure aujourd’hui sur la liste des individus les plus recherchés par Washington mais son appel au djihad contre les étrangers rencontre de plus en plus de succès … »



L’ESPAGNE, DECUE PAR L’EUROPE, INSTRUMENTALISE SES LIENS COMMERCIAUX AVEC L’AMERIQUE

DIARIO EL CORREO (5 avril 2003

Les raisons d’Aznar (extraits)
« Contrairement aux apparences, l’alignement du gouvernement du Parti Populaire sur la politique extérieure des Etats Unis n’est pas une position nouvelle, …mais une décision stratégique prise il y a plusieurs années. Deux causes à cela : La perte d’influence politique espagnole dans le processus de construction européenne et la nécessité de l’aval nord-américain pour l’effort d’investissement en Amérique Latine.

… … Dans le domaine économique, les investissements allemands – et, dans une moindre mesure, également français – se sont orientés plus vers les pays de l’Est européen et se sont réduits en Espagne, notamment dans l’industrie automobile, principal générateur d’emplois en Espagne.
L’Union Européenne a également maltraité un secteur stratégique en Espagne, celui de la pêche …
Les torts subis par l’Espagne ne vont pas s’arrêter là : l’ouverture à l’UE va entraîner la disparition des fonds structurels … sans que l’UE se préoccupe le moins du monde de mettre en place des solutions alternatives. En réalité, le gouvernement espagnol a été incapable de négocier une place dans la division européenne du travail différente de celle qu’avaient dessiné les forces vives de l’UE pour ce pays : résidences de bord de mer pour les estivants français et les retraités allemands, centre d’approvisionnement en fruits et légumes et de composants industriels à faible valeur ajoutée.

La compétitivité insuffisante du capital espagnol a entraîné la recherche de nouvelles sources de profit. Le processus de privatisation en Amérique latine a apporté une occasion en or … Entre 1993 et 2001, les investissements espagnols en Amérique Latine ont atteint un volume de 112 milliards d’Euros, soit 43 % des investissements espagnols à l’étranger.

Cette évolution des investissements extérieurs représentait un problème complexe pour la gestion de la balance des comptes espagnole. Avec une balance commerciale traditionnellement déficitaire, on devait nécessairement compenser par une entrée de capitaux, sous peine de finir en cessation de paiement.

… … Et c’est là précisément que les Etats Unis jouent leur rôle. Leurs investissements en Espagne sont passés de 1 milliard d’Euros par an entre 1993 et 1998 à 11 milliards en 1999 et 27 milliards en 2000. Il faut en outre ajouter les investissements canadiens, ceux des pays de l’UE autres que la France et l’Allemagne et 74 milliards provenant largement de fonds de pension d’entreprises nord-américaines basées aux Pays bas et au Royaume Uni. Pour mesurer l’importance de l’injection de capital en provenance des Etats Unis, il suffit de comparer la relation entre balance commerciale et investissement financier pour les trois principaux partenaires économiques de l’Espagne : alors que les investissements français et allemands compensent à peine le déséquilibre commercial bilatéral, les apports provenant des Etats Unis représentent 5,5 fois notre déficit commercial avec ce pays.

Avec une vision très commerciale des relations internationales, les Etats Unis conçoivent les relations politiques en termes d’échanges. L’Espagne a rapidement commencé à payer aux Etats Unis le permis d’investir en Amérique Latine …
… … Les intérêts espagnols et américains trouvent ainsi un lien qui, au lieu de fonder les relations sur des concessions mutuelles, permet un champ d’action commun : le pétrole. En ce sens, l’appui d’Aznar à la guerre contre le régime irakien n’est rien de plus qu’un nouvel épisode d’une alliance qui dure depuis plusieurs années et qui cherche à trouver un espace de dialogue international dans lequel les intérêts du capital espagnol pourront être représentés au bon niveau.»


Joaquin Arriola
Professeur d’économie à l’université de Valence


Odile Boulloche – Bernard Chadenet – Claude Gaboreau – Guy Girod Genet – Michel Kavyrchine - Henri Moullier – Marion Ordonneau – Yves Stalla-Bourdillon – François Treilhou – André Troesch