Colloque du 22 mai 2003


LES VILLES NOUVELLES DE L'ÎLE-DE-FRANCE : UNE UTOPIE DEVENUE RÉALITÉ

Les villes nouvelles existent, fonctionnent et continuent de se développer, à l'intérieur d'une Ile de France qui compte aujourd’hui plus de douze millions d’habitants et qui continue de croître : la population totale des cinq villes de Cergy, Saint-Quentin-en-Yvelines, Evry, Sénart et Marne-la-Vallée était en 1999 de 750 000 habitants sur 440 km². Leur densité oscille entre 780 et 2 200 habitants au km²… leur population est encore aujourd'hui jeune mais, comme l'ensemble de la population française, elle vieillit et il faut maintenant investir aussi dans la création de maisons de retraites !

Ce fut le thème du colloque du jeudi 22 mai organisé à l'Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région Ile-de-France (Iaurif) par l'Institut Paul Delouvrier sous la présidence de Christian Bouvier, avec la participation de l'Association française des villes nouvelles et de l'Agence foncière et technique de la région parisienne. Après l’introduction d’Hervé Gay, directeur de l’Iaurif, trois tables rondes étaient ouvertes : la réalisation des villes nouvelles, les villes nouvelles aujourd'hui, les villes nouvelles dans le futur.

La salle de réunion était trop étroite pour une assistance fort nombreuse où l'on a pu remarquer la présence de plusieurs personnalités.

Le génie de Paul Delouvrier :

Sans nier des réalisations discutables comme les grands ensembles et les Zup, Paul Delouvrier a impulsé des opérations remarquables : les villes nouvelles en font partie comme l'aménagement du Languedoc-Roussillon et la création des nouveaux départements d'Ile-de-France .

Il n'a jamais voulu transiger sur la nécessité absolue de se doter de trois moyens qu'il considérait à juste titre comme essentiels : la réalisation rapide des infrastructures de transport (RER et autoroutes), la maîtrise des infrastructures (grâce à l'Agence foncière), la mise en place d'un financement intercommunal.

Mais certains aspects de son rêve n'ont pas été réalisés : il a fallu renoncer à fusionner les communes qui constituent la base des différentes villes nouvelles.

Les caractéristiques communes aux villes nouvelles

Toutes les villes nouvelles ont été conçues à partir d'un centre-ville avec agora, commerces, centre administratif entouré de différents quartiers,
chacun d'entre eux ayant son originalité…

Les quartiers se sont développés souvent plus vite que le centre… quarante ans après on trouve des quartiers riches où se sont installés des classes aisées mais aussi des quartiers sensibles, voire des territoires mafieux.

Il convient aussi de rappeler la grande attention que portait Paul Delouvrier aux équipements structurants : centres commerciaux, centres de loisirs, préfecture, universités (40 000 étudiants), cathédrale.

La création de liens sociaux

Évry est la seule ville épiscopale (une cathédrale mais aussi une pagode et la seconde mosquée de France). Toutes les villes nouvelles se présentent aujourd'hui plurielles à différents titres : pluriethniques, plurireligieuses et pluriculturelles, ce qui encourage à refuser les ghettos et à tisser constamment de nouveaux liens sociaux..

Mes conclusions

La première est empruntée à Pierre Pommelet s'adressant aux malthusiens passéistes qui sont hélas encore nombreux : si vous avez peur de l'avenir, essayez donc le passé !

La seconde est plus personnelle : m'adressant à ceux qui croient qu'on ne peut plus rien faire en France : Paul Delouvrier a démontré le contraire, c'était, il est vrai, dans les années 60.


Notes de Jacques Bourdillon

Pour en savoir plus sur L'Institut Paul Delouvrier

Consultez www.delouvrier.asso.fr

Constitué de personnes morales, grandes entreprises et associations (France Télécom, EDF, La Poste, RATP, GDF, RTF, ADP et… ARRI), l'Institut Paul Delouvirer a pour ambition de faire avancer la réflexion et de formuler des propositions concrètes visant à moderniser l'action publique et à accroître son efficacité. Le thème prioritaire retenu par l'Institut concerne "les jeunes et la ville", qui fait l'objet d'études et de réflexions menées par des groupes de travail et des commissions.

Pour promouvoir ses orientations, l'Institut organise des colloques (notamment avec ARRI) et des réunions-débats. Il publie une lettre d'information trimestrielle.