Observatoire des phénoménes mondiaux

Présentation du 29 mai 2002

 

UNION EUROPEENNE

- Dans un contexte européen de retour à droite, divers mouvements populistes sont parvenu aux premiers rangs : Danemark, Italie, France, Pays-Bas. Les élections allemandes en septembre se présentent mal pour Schroeder. Cette montée du populisme sanctionne le manque de volonté européenne des dirigeants, autant que l'échec des politiques d'immigration et d'intégration sociale. Face à des réformes difficiles, mais nécessaires et adoptées à quinze, des membres de gouvernements - en France en particulier - se posent systématiquement en défenseurs contre Bruxelles des intérêts de leurs électeurs : attitude compréhensible, mais allant dans le sens de la paralysie de l'Europe et de la montée des appréhensions.

Malgré la Convention, l'UE va-t-elle se doter d'institutions efficaces avant le début de l'élargissement en 2004 ? L'entrée dans l'Union Européenne de dix pays de l'Est dont l'économie est aux environs de 10% de celles de l'Ouest soulève des problèmes nouveaux, alors que des questions essentielles tardent à trouver une solution dans l'Europe des Quinze :

A son crédit, en revanche, l'Union Européenne a accepté de prendre la responsabilité de l'opération de maintien de la paix en Macédoine. Les Quinze relèvent les forces de l'OTAN en septembre. La naissance de la "Serbie-Monténégro" est également un succès européen.

Site de l'Union Européenne :
Site de la convention :


ETATS-UNIS

La tournée du Pt.George Bush en Europe (7 Jours en Allemagne, Russie, France et Italie) atténue l'image de superpuissance et d'unilatéralisme plus que la réalité, liée aux rapports des forces. Seuls capables de gérer l'équilibre stratégique du monde, les Etats-Unis n'ont besoin que d'alliés dociles. La menace terroriste, toujours présente, de la mouvance Islamique radicale conforte le leadership américain, même dans ses choix les plus discutables. Non seulement l'Europe toute entière, mais des pays comme la Russie, le Pakistan et l'Inde ont choisi de se rapprocher des Etats-Unis.

- La nouvelle "revue de posture nucleaire"

Par rapport à l'ère Clinton la nouvelle politique nucléaire US est caractérisée par trois évolutions, qui n'ont pas les mêmes perspectives de concrétisation:

- Le renforcement de la capacité anti-missiles, en bonne voie, arrivera à son terme
- La réduction des stocks d'armes nucléaires intercontinentales, qui fait l'objet du Traité de type "START-III" signé au sommet de Moscou le 24 mai.
- la mise en service d'armes nucléaires de faible puissance mais à forte capacité de pénétration pour détruire les dépôts et usines d'armements chimiques et biologiques enterrés, objet d'un débat aux USA.


Ces choix expliquent l'abandon du traité ABM de 1972, le nouveau traité nucléaire stratégique russo-américain et l'accord intégrant largement la Russie à l'OTAN.

....Et sur le Net


MOYEN-ORIENT : Pakistan, Afghanistan, Cachemire, Inde …

Al Qaida : les réseaux Ben Laden sont encore vivants, leur chef peut-être aussi. La guerre continue dans les confins du Pakistan. Américains et Britanniques (+Australiens et Canadiens) mènent des opérations de part et d'autre de la frontière, en zone tribale. De l'Afghanistan au Cachemire, d'une frontière à l'autre, le Pakistan est toujours le point focal de cette guerre. Malgré son engagement, Pervez Mousharraf ne maitrise guère plus ses mouvements extrêmistes que Yasser Arafat .
Les Forces spéciales américaines entrainent aussi Philippins Géorgiens et quelques autres. La menace du terrorisme de masse contre les pays occidentaux ne peut pas être considérée comme levée.
Le lien politique entre les USA et l'Arabie Saoudite se distend un peu plus, la guerre palestino-israëlienne n'en est pas la seule cause. L'attitude de l'Arabie Saoudite dans l'affaire afghane, ainsi que l'évolution de la carte des ressources en pétrole n'y sont pas étrangères. L'anti-américanisme déclenché par la crise israélo-palestinienne, masque une autre tension américano-séoudienne, liée à la lutte anti-terroriste, lorsqu'elle est dirigée contre des organisations et des pays musulmans.

.....ET sur le Net :
La situation en Afghanistan et dans la région :


PROCHE-ORIENT : à court terme,Israel semble avoir gagné, mais …

Tsahal a maintenant carte blanche pour aller et venir en Cisjordanie, arrêter des suspects et ouvrir le feu en ville. Au prix d'interventions militaires constantes et d'un blocus local de toutes les villes, paralysant la vie économique de la population, la stratégie d'Ariel Sharon arrive sans doute à interdire beaucoup d'attentats suicides en Israel. Mais elle pousse en même temps la jeunesse palestinienne au désespoir et à la résistance par le terrorisme, ce qui va dans le sens contraire.
Washington voudrait aider Arafat à reconstituer des Forces de sécurité plus fiables, noyau indispensable à une Autorité et à un Etat palestiniens réformés. Ce serait le sens d'une nouvelle mission de George Tenet, le directeur CIA. Le gouvernement israélien s'y oppose en utilisant l'exigence d'une réforme palestinienne comme un moyen de prolonger la destruction de fait de l'Autorité palestinienne.
Un parlementaire du Likoud, spécialiste de la Sécurité, rejette toute idée de compromis futur : "Je suis convaincu qu'il y a une solution militaire et que, par la force brute, nous pouvons éradiquer le terrorisme complètement, ou presque complètement".


CHINE

L'alliance avec les Etats-Unis pour lutter contre le terrorisme international semble créer les conditions d'un nouvel "encerclement" diplomatique et stratégique de la Chine. Il suffit de faire la liste des pays voisins qui sont aujourdhui concrètement plus proches de l'Amérique : Afghanistan, Pakistan, Inde, Tadjikistan, Ouzbekistan. La Russie surtout a dérivé dans ce sens, alors qu'avant le 11 septembre 2001, elle était entrée dans l'Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) - une "sainte alliance" de six Etats d'Asie centrale contre les mouvements extrêmistes. Depuis lors Vladimir Poutine a accepté le retrait américain du Traité ABM de 1972 et l'alliance anti-terroriste. Il vient de signer le Traité de désarmement nuclaire stratégique et l'accord d'intégration partielle de la Russie dans l'OTAN. Jiang Zemin compte sur le prochain sommet de l'OCS en Juin pour demander des assurances à Moscou.

Lettre mensuelle d'informations sur la Chine :


JAPON

L'économie japonaise aurait touché son point le plus bas, dit-on à Tokyo. Mais cela reste à confirmer. Le premier ministre Junichiro Koizumi, en place depuis un an, est en position inconfortable. Il veut, en particulier faire un nouveau pas en matière de défense. Après avoir autorisé ses unités engagées dans les opérations de maintien de la paix à ouvrir le feu, non seulement en cas de légitime défense mais aussi pour porter assistance aux troupes alliées engagées, le gouvernement japonais veut se donner de nouveaux pouvoirs de décision et de réaction rapide, en cas d'attaque du territoire, malgré l'opposition qui crie au viol de la constitution.
A l'occasion d'un accord prévoyant un marché commun avec l'Australie, il a obtenu l'appui de ce pays pour l'obtention d'un siège permanent au Conseil de Sécurité de l'ONU.


AMERIQUE LATINE

Colombie :

La classe moyenne a assuré l'élection à la présidence du sénateur Alvaro Uribe Velez, considéré comme le plus résolu à faire reculer la violence. Le pays est en effet en guerre civile depuis plusieurs années. Principal groupe de guérilla anti-gouvernementale, les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), autrefois pro-soviétiques, avaient obtenu de l'ancien président Andres Pastrana une zone libre de la dimension de la Suisse sur les plateaux intérieurs.

L'Armée de Libération Nationale (ELN), pro-cubaine à l'origine, est un deuxième foyer de rebellion. Luttant contre elles, les Forces unies d'auto-défense de Colombie (AUC) comprennent d'ex-milices de grands propriétaires et de barons de la drogue. Les deux premiers mouvements se financent par la drogue, le racket et les enlèvements ; l'AUC utilise également les deux premières ressources. En 2001, les trois forces ont tué ennviron 1500 combattants et 2000 civils. Un million de Colombiens ont du fuir, devenant des réfugiés dans leur propre pays. L'économie colombienne est sinistrée, mais ce pays produirait 80 % de la cocaine mondiale. Le nouveau président a affiché sa ferme volonté de rétablir la sécurité, notamment en doublant les effectifs de la police et de l'armée.

Le Monde diplomatique :

Vénézuéla

Un conflit au sein de la compagnie pétrolière nationale débouche sur une grève générale illimitée le 9 avril. Le 11, le président Hugo Chavez est contraint de démissionner par une partie de l'armée, à la suite d'incidents violents à Caracas, qui font une quinzaine de morts et une centaine de blessés. Le président populiste, qui avait coalisé contre lui beaucoup d'oppositions de gauche et de droite. avait-il perdu la partie ? Non, car ses partisans - masse populaire et parachutistes - bien que minoritaires, restaient unis et déterminés. Dans la nuit du 13 au 14 avril, ils purent chasser le président intérimaire autoproclamé et ramener Hugo Chavez au palais présidentiel de Miraflores.

Mais le rapport des forces, politique et militaire, reste indécis. Il y a là une cause de troubles persistants, si aucun compromis ne se dégage entre les deux camps. Le Vénézuéla est le 4è exportateur de pétrole dans le monde et l'un des principaux fournisseurs des Etats-Unis. Washington le considère avec suspicion, en raison de ses relations avec Fidel Castro et de ses proclamations en faveur d'une "révolution bolivarienne".

Le Monde :


AFRIQUE NOIRE

En Afrique, l'attention se porte, dans cette période sur trois pays : le Zimbabwe, où Robert Mugabe a gagné des élections très contestées en mars ; le Congo, où les négociations pour ramener l'ordre et la paix traînent en longueur ; Madagascar qui se rapproche dangereusement d'une situation de guerre civile.


AIDE AUX PAYS EN VOIE DE DEVELOPPEMENT

Kofi Annan et l'ONU ont organisé du 18 au 22 mars la conférence de Monterrey (Mexique) sur l'aide aux pays pauvres. Cette réunion avait été préparée par un consensus atteint le 25 janvier à New York au sein de quatre comités préparatoires sur les problèmes Nord-Sud, mettant face à face toutes les délégations nationales, la Banque mondiale, le FMI et l'OMC. Le "Nouveau Plan de développement pour l'Afrique" y a été présenté comme un prototype .

Site de l'Union Européenne :


CLONAGE THERAPEUTIQUE

Le ministre français de la recherche a décidé d'autoriser, "de manière transitoire" et "au cas par cas", l'importation de cellules souches provenant d'embryons humains "surnuméraires" (ne faisant pas l'objet d'un projet parental), afin que la recherche thérapeutique française ne prenne pas de retard.

Sur le Net ....140 rapports sur le sujet à l'Assemblée Nationale !!! :
Les sites sur le sujet proposé par le CHU de Rouen:


ECHANGES INTERNATIONAUX : mondialisation = fluidité de l'argent

Les échanges commerciaux annuels dans l'ensemble du monde auraient atteint environ 7 000 milliards de dollars US l'an dernier, soit une moyenne théorique de 20 milliards par jour. Or chaque jour, le total des échanges financiers dans le monde serait de l'ordre 1 500 milliards de dollars. (Si elle était possible, la Taxe Tobin pourrait rapporter gros ! )
Cette année, la conférence de Davos/New York a été marquée par une ouverture à ses critiques et par la fin des certitudes. Le rassemblement de Porto Alegre n'a pas produit de propositions constructives.


TRAVAUX DE L'OCDE

L'OCDE, autrefois pendant économique de l'OTAN s'est reconvertie en un "Club de pays développés". L'organisation comprend aujourd'hui une trentaine de pays membres et a des relations d'entrainement avec environ soixante-dix pays en voie de développement, parmi les plus avancés. Elle dispose de très nombreux experts, de tous métiers et de toutes cultures. Son nouveau rôle est de faire progresser des concepts communs, ou conciliables malgré les différences internationales, par des études "en amont" des discussions d'intérêt économique.

Actuellement, par exemple, l'OCDE mène de tels programmes sur l'utilité et les risques des OGM, sur la plus ou moins grande nécessité de réguler les biotechnologies, sur les limites à apporter au secret bancaire, la possibilité de conventions entre systèmes judiciaires, les principes du gouvernement d'entreprise, sur la taxation de l'e-commerce, sur les problèmes des sociétés vieillissantes (migrations, systèmes de santé, de retraites), sur l'environnement et le développement durable, les politiques de l'eau, et bien d'autres sujets.
Ces travaux ne se traduisent pas par des accords formels et contraignants, mais par des conclusions visant un consensus ("soft law"). Une méthode de travail pratiquée sur les sujets sensibles est "l'examen par les pairs", c'est-à-dire l'étude menée par les voisins.

OCDE en ligne :
Henri EYRAUD