Observatoire des phénoménes mondiaux

Présentation du 22 janvier 2002

 

UNION EUROPEENNE

Il y a eu deux avancées importantes pour l'Europe en ce début d'année :

- La réussite du changement de monnaie fiduciaire dans 12 pays, au profit de l'Euro. Plus ou moins timorés, beaucoup d'hommes politiques sont passés, en une semaine, de l'extrême prudence à la vantardise. Les peuples se sont montrés plus européens que leurs gouvernants. Les Français, en particulier, ont adopté la nouvelle monnaie si vite que cela a créé quelques difficultés imprévues. Ce succès peut avoir un impact psychologique collectif : les deux tiers de la population qui se désintéressent de la politique vont avoir une perception concrète de l'union européenne et, pour chacun de nous, l'Europe a une dimension nouvelle.

- Le lancement par le sommet de Laeken (15 décembre 2001) de la Convention sur l'avenir institutionnel de l'Europe est un deuxième événement. La méthode est nouvelle et il en sortira très probablement quelque chose. Ce ne sera ni un Traité fondamental négocié par la voie diplomatique, ni l'élection d'une Assemblée constituante. Les Sommets de Nice et de Laeken ont prévu une "Convention" suivie d'une Conférence intergouvernementale (CIG). La Convention sera représentative de multiples acteurs, transparente (publication de ses débats) ; elle travaillera à dégager sur chaque point un consensus par approche graduelle, plus qu'à procéder à des votes couperets.

Il lui faudra intégrer la reconnaissance des Droits fondamentaux des citoyens, imaginer une architecture de l'UE à 25 ou 30, répartir les compétences et définir beaucoup de compétences partagées, proposer des institutions consolidant un gouvernement européen.


On a aujourd'hui de fortes raisons de doter l'Union européenne d'un système institutionnel qui puisse fonctionner avec 25 Etats :

- le dysfonctionnement à 15 depuis plusieurs années ;
- la perspective d'unification des deux moitiés de l'Europe ;
- le besoin de légitimité démocratique ressenti par les citoyens de l'Europe.

Il y a aussi des facteurs favorables :

- la convergence croissante des systèmes politiques, électoraux et parlementaires ; les problèmes posés aux différents parlements nationaux sont de plus en plus proches.
- L'adoption d'une "Charte des valeurs fondamentales" a montré qu'il existe un consensus sur des valeurs qui dépassent les objectifs de marché et l'intérêt économique.
- Le système de Convention lui-même : le débat sur les institutions va sortir du secret des chancelleries et des CIG.

Une grande question posée est de savoir si l'on peut concevoir des institutions efficaces de l'UE sans créer un "super-Etat européen" (Laeken). On doit en outre prévoir des résistances : celles des souverainistes, des populations lorsque l'enjeu n'est pas assez clair et, sans doute, celles d'une partie des corps diplomatiques.

...et pour en savoir plus sur le Net :

Site de la communauté européenne - Conseil européen de Laeken :
Déclaration de Laeken du 15/12/01; le paragraphe 3 "Convocation d'une convention sur l'avenir de l'Europe" décrit sa composition, durée, méthodes de travail, document final, durée, forum : http://europa.eu.int/comm/laeken_council/index_fr.htm
Le s
ite proposé par Yahoo fait également un compte-rendu du sommet européen de Laeken. : http://europa.eu.int/comm/justice_home/unit/charte/fr/media01.html

Charte des doits fondamentaux : http://europa.eu.int/comm/justice_home/unit/charte/fr/media01.html

Le système actuel de gouvernement à Quinze est précaire, fragile et déséquilibré. Face au Parlement européen élu pour cinq ans, le Conseil est toujours mouvant en raison des calendriers électoraux nationaux. En janvier, la démission de Renato Ruggiero, ministre des AE italien, vient encore de la rappeler : elle a amené la présidence espagnole à repousser deux réunions de travail à Bruxelles et souligné l'imprévisibilité du systéme. Il va falloir, d'une façon ou d'une autre, déconnecter le niveau national et le niveau européen.
(extraits d'un exposé JL Quermonne- réunion ARIES)

Parlement européen Composition et groupes politiques : http://www.info-europe.fr/europe.web/document.dir/fich.dir/qr000264.htm
Ses missions, pouvoirs; son fonctionnement et son organisation : http://www.info-europe.fr/europe.web/document.dir/fich.dir/qr000878.htm

Conseil européen : Réunissant selon l'ordre du jour les ministres compétents (Affaires étrangères, Agriculture, Transports, Industrie, Travail...) des 15 pays membres de l'Union européenne, présidé tour à tour, pendant six mois, par chacun des Etats membres, le Conseil de l'Union européenne est l'institution où se mènent les négociations entre Etats membres en vue de dégager des compromis. Il est l'instance législative principale, adoptant les règlements, directives et décisions qui fixent le cadre de la vie communautaire.
Ses mission, pouvoirs, son fonctionnement et son organisation : http://www.info-europe.fr/europe.web/document.dir/fich.dir/QR000879.htm


DEMI-VICTOIRE AMERICAINE EN AFGHANISTAN

Le 16 Janvier, le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté par acclamation la Résolution 1390 imposant des sanctions extra-territoriales et universelles contre Al Qaida et toutes autres personnes, groupes, entreprises et entités associés (gel des avoirs, saisies des personnes, embargo sur les armes, etc). Une liste provisoire de 221 individus et 74 "entités" (organisations, banques, …) est visée en premier lieu.
On constate sur le terrain que les forces américaines s'installent en Asie centrale pour plusieurs années. Un noyau de survivants d'Al Qaida et Taliban tente de créer un foyer de guérilla à cheval sur la frontière entre le sud de l'Afghanistan et la zone tribale du Pakistan. Après une phase d'inefficacité apparente et une phase d'effondrement du régime Taliban, on entre peut-être dans une longue période d'enlisement.


PROLONGEMENTS DANS LE SUD-EST ASIATIQUE


A Singapour, démantèlement d'une organisation terroriste islamique liée à El Qaida (15 arrestations, peut-être liées à six autres en Malaisie). Aux Philippines, aide américaine et engagement discret de forces spéciales US contre le Front Moro et le groupe d'Abu Sayyaf. A Calcutta (Inde), mitraillage du Centre culturel américain le 22 janvier (5 policiers tués et 20 blessés). A New Delhi le 13 décembre, l'attaque islamiste contre le Parlement indien avait déjà fait 12 morts (dont les 5 assaillants).


PAKISTAN

Le général Musharaf a nettement choisi son camp. Dans un discours du 12 janvier, le chef d'Etat du Pakistan, annonçait l'interdiction de 5 mouvements islamistes, dont les 2 que New Delhi tient pour responsable de l'attaque contre son Parlement le 14décembre. Dans la foulée, Musharaf a fermé 400 locaux islamistes et entrepris d'arrêter près de 3000 militants et combattants. C'est probablement un tournant majeur dans les relations d'Islamabad avec l'Inde, les Etats-Unis et pour le destin du Pakistan lui-même au sein du monde musulman.

Pakistan : Les partis religieux et les groupes islamiques radicaux pakistanais semblent très affaiblis par la déroute des talibans afghans et la volte-face du pouvoir pakistanais qui a choisi la répression après des années d'instrumentalisation de l'islamisme, notent des analystes.(de Isabelle LIGNER A.F.P à ISLAMABAD) : http://www.cyberpresse.ca/reseau/monde/0112/mon_101120042484.html
Le Conseil de sécurité vote des sanctions contre Al-Qaida. (Le Monde du 17.01.02) : http://www.lemonde.fr/article/0,5987,3220--258894-,00.html

ISRAEL-PALESTINE

Après une certaine baisse de la violence, du moins des attentats suicides en territoire israélien, la guérilla urbaine a repris. Pression violente d'Israel sur Arafat bloqué à Ramallah, incident du cargo irakien KARINE A, arraisonné de main de maître en Mer Rouge par les Services israéliens. L'exploitation de cette affaire contre Arafat sabote la deuxième visite du général Zinni. Attaques de commandos palestiniens le 9 janvier : 6 soldats israéliens et 2 palestiniens tués ; destruction de maisons à Gaza (700 Palestiniens sans domicile); assassinat de Raed Karmi ; arrestation contestée du chef FPLP par Arafat ; vengeance de Raed Karmi (2 Israéliens tués) ; nouvelle agression à l'arme automatique à Hadera (près de Jérusalem) le 18/01 (5 civils Israéliens tués et 34 blessés). Israel se venge à Tulkarem et Ramallah. Deux morts et 20 blessés dans la foule israélienne de la rue de Jaffa à Jérusalem le 22 janvier. Etc. Aucun espoir d'apaisement n'existe dans l'immédiat.

Et toujours au Proche-Orient, sur le Net :
Le Monde diplomatique : http://www.monde-diplomatique.fr/cahier/proche-orient/
TF1 : http://www.tf1.fr/news/monde/0,,841881,00.html
Le Monde : http://www.lemonde.fr/article/0,5987,3216--245712-,00.html
Carte ethnique : http://www.ethnisme.ben-vautier.com/Analyses/cartes/carte_afghanistan.html
Israel-Palestine
http://www.liberation.com/israel/
http://www.lemonde.fr/dossier/0,5987,3232-3596--,00.html
Nouvelles au Proche-Orient : http://www.lemonde.fr/sequence/0,5987,3218---,00.html

CHINE :

Un accord sur la succession au sommet du parti communiste chinois aurait été atteint, fin 2001. La position future des trois principaux dirigeants actuels (Jiang, Zhu et Li) serait fixée, ainsi que la répartition des 5 plus hauts postes du parti. Un plénum du Comité central et le XVIè Congrès du parti communiste chinois devront encore l'entériner en cours d'année. Mais un compromis stable sur la succession semble se dessiner, ce qui est le facteur le plus déterminant de la stabilité du régime au milieu de difficultés sociales croissantes.

Les échanges extérieurs de la Chine ont dépassé en 2001 la valeur totale de 500 milliards d'USD (contre environ 10 milliards pendant la Révolution culturelle, 1966-1976). Les réserves chinoises en devises atteignent 212 milliards USD. En même temps, le total des "prêts non performants" des Banques d'Etat chinoises est officiellement de 218 milliards USD soit 27% des encours) et, selon des spécialistes indépendants, de 480 milliards (44% des encours). Bien que cette situation soit pire que celle du Japon, les chances de la redresser en cinq ans seraient plus grandes en Chine, en raison de la volonté politique actuelle.


ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE

L'OMC condamne en appel la pratique américaine des "Foreign sales corporations", qui reviennent à subventionner (jusqu'à 30%) les exportations d'une manière contraire aux règles acceptées dans l'organisation. Mais l'affaire est complexe et l'Union Européenne a sans doute intérêt à trouver un compromis négocié avec les US, si ceux-ci s'y prêtent.

.... et pour en savoir plus : Foreign sales corporations.
Ce mécanisme, pratiqué avec l'appui du gouvernement et du fisc américain depuis plusieurs années, permet à des entreprises américaines de vendre en dessous du prix de marché leurs produits (d'où taxation réduite) à des filiales basées dans des paradis fiscaux. Celles-ci les revendent dans le reste du monde au prix du marché, mais ne payent pas de taxes étant précisément domicilié dans des pays pas bien méchants sur le plan fiscal. Les bénéfices sont ensuite rapatriés vers les maisons-mères selon des procédures très simplifiées. Inutile de faire un dessin pour montrer le côté déloyale de la pratique, face à des entreprises européennes, obligées de payer les taxes diverses de leur pays d'origine à taux plein. La subvention globale dont bénéficieraient les entreprises de pointe américaine par ce mécanisme, serait, selon les experts européens, de 2 milliards de $ par an, sur un chiffre d'affaire de $150 milliards.

Les négociations commerciales multilatérales décidées à DOHA (Nov. 2001) doivent commencer à Genève le 28 Janvier, sous la présidence du Directeur général Mike Moore. Celui-ci pourrait conserver cette responsabilité en septembre lorsque la Direction générale de l'OMC passera au Thailandais Supachai Panitchpakdi.

Site officiel de la 4° Conférence ministérielle de l'OMC, à Doha, au Qatar, du 9 au 13 /11/ 2001 : http://www.wto.org/french/thewto_f/minist_f/min01_f/min01_f.htm
Le 21 janvier 2002, MM. Mike Moore et Pierre Pettigrew, Ministre canadien du commerce international, se sont rencontrés pour discuter de la suite à donner aux engagements pris à Doha.

CLONAGE THERAPEUTIQUE

Naissance de porcelets transgéniques en Ecosse, mais le chemin sera encore long jusqu'à l'homme. En France, l'Assemblée nationale aborde un grand débat sur la révision de la Loi de 1994 qui interdit toutes recherches sur les cellules souches, y compris sur les embryons potentiels "surnuméraires".

Royaume-Uni : oui au clonage thérapeutique. Les Anglais sont parmi les premiers au monde à ouvrir la porte au clonage d'embryons.
http://www.cybersciences.com/Cyber/3.0/N2164.asp

Henri EYRAUD