DEJEUNER-DEBAT du 17 Janvier 2002


L'Institut Pasteur, par Philippe Kourilksy, Directeur Général *

L'Institut Pasteur est un établissement privé reconnu d'utilité publique qui occupe sept à huit hectares dans Paris. Son effectif est d'environ trois mille personnes (dont deux mille chercheurs) qui s'occupe à 50% des maladies infectieuses (bactéries, virus, parasites).

Au delà de la recherche, l'Institut attache une importance particulière à la formation aussi bien à Paris que dans chacun des vingt trois instituts nationaux portant le nom de Pasteur dans le monde.

Toujours en quête de ressources et peut-être en danger

Son budget s'élève à environ un milliard de francs avec des ressources en provenance pour 45% de la valorisation de la recherche, 20 % du mécénat, le reste (trois cent trente millions de francs) du budget de l'État. Un organisme international, auquel l'Institut a quelquefois recours, le GAVI, distribue des fonds pour la recherche médicale. Il regroupe l'Oms, la Bird, la fondation Gates etc. Le réseau de l'institut est en danger car les centres nationaux sont susceptibles d'OPA de puissants groupes privés (La fondation Bill Gates, par exemple, qui mobilise un milliard de $ pour la recherche biotechnologique) .

L'institut Pasteur est fier de son réseau international

Son réseau international est unique au monde, même l'Oms n'a pas l'équivalent : 23 instituts ou correspondants dans le monde. Ce réseau trouve son origine dans la diaspora pasteurienne (francophonie, médecins militaires) : présente notamment à Abidjan, Dakar, Yaoundé, Brazzaville, Casablanca, Alger, Tunis, et aussi Pnom Penh, Ho-Chi-Minh-Ville, Hanoï, Nhatrang. En Asie, l'Institut bénéficie du souvenir extraordinaire d'Alexandre Yersin qui découvrit le bacille de la peste à Hong Kong. Ce grand savant est à l'origine des implantations de l'Institut dans les pays de l'ancienne Indochine, où il fabriqua des vaccins. Il est considéré comme un saint local dans ces pays. Sous l'angle de la valorisation de la recherche, le réseau Pasteur apparaît comme le second réseau mondial après celui des Universités de Californie

..... et conserve avec passion sa vocation spécifique.

L'Institut est totalement libre de ses choix en recherche fondamentale. Il est à l'écoute des besoins locaux (et non l'inverse) Il s'intéresse au Tiers- Monde, aux produits qui n'ont pas de marché, aux maladies qui n'ont pas de vaccin, ou qui consommeraient des vaccins trop chers ; c'est le cas du paludisme qui provoque 1,5 à 2,7 millions de décès par an, celui de la rougeole qui provoque encore un million de décès par an, de la rage dont le vaccin est performant mais malheureusement trop cher, le cas de la tuberculose qui réapparaît comme complication du sida, Il fonctionne souvent de façon transversale, par exemple à propos des moustiques qui deviennent hélas de plus en plus résistants : on étudie le séquençage du génome de l'anophèle gambiae. Sept unités de recherche sont concernées : biochimie et biologie moléculaire des insectes, immunologie moléculaire des parasites, biologie des interactions hôte/parasite, parasitologie biomédicale, immunochimie analytique, écologie des systèmes vectoriels, biologie et génétique du paludisme.

Mais la santé publique ne se partage pas et les intérêts sont multiples : virus ébola, malaria dans les aéroports internationaux, développement rapide de la résistance aux antibiotiques … Au delà des maladies infectieuses, l'Institut Pasteur s'intéresse aussi à la santé non médicale, à la sécurité alimentaire, à la question des eaux stagnantes et à celle des tas d'ordures dans la périphérie des mégapoles du Tiers-Monde …

Un modèle de rayonnement

Nous pouvons constater une évidente convergence à l'international : ARRI qui voudrait contribuer dans la mesure de ses moyens au développement des pays du Tiers-Monde, ne peut que se réjouir des actions généreuses et efficaces conduites par l'Institut Pasteur dans le domaine de la santé : voilà un domaine exceptionnel où se manifeste pour le Rayonnement Français.

.....et pour en savoir plus, sur le Net :

le site de l'Institut : www.pasteur.fr/externe
les publications majeures de Mr Kourilsky : http://www.college-de-france.fr/college/bibliographies/Kourilsky.html
le principe de précaution, rapport remis à Mr Jospin : http://www.ladocfrancaise.gouv.fr/cgi-bin/multitel/CATALDOC/texte_generique?repertoire=rapports&fichier=kourilsky.htm
l'organisation de l'Institut Pasteur : http://www.pasteur.fr/pasteur/organisation/OrganiGgeneral.htm

Notes de Jacques Bourdillon

Né à Boulogne le 22 juillet 1942 à Paris, ancien élève de l'École Polytechnique, Docteur ès Sciences, a effectué la majeure partie de sa carrière au CNRS avant d'être nommé Professeur au Collège de France en 1998. Il a rejoint l'Institut Pasteur en 1972 et y dirige, depuis 1979, une unité de recherche affiliée à l'INSERM depuis 1980. Il est membre de l'Académie des Sciences, Professeur associé à l'Institut Pasteur et membre de l'Academia Europaea. Il a exercé de nombreuses responsabilités touchant à l'administration de la recherche et aux applications de la génétique et de l'immunologie. Il est l'auteur de plus de 300 publications dans des revues internationales et de deux ouvrages (" Les Artisans de l'Hérédité " et " La Science en Partage "). Il est Officier de la Légion d'Honneur et Officier dans l'Ordre du Mérite.