DEJEUNER-DEBAT DU 30 janvier 2001


LES CENT METIERS DU QUAI D'ORSAY

Par Alain Bry, Ambassadeur

Tenter d'expliquer aux Français le rôle et l'influence du Quai d'Orsay et de faire comprendre la vie des quelque 18 000 femmes et hommes qui à Paris..... et en quatre cents autres lieux servent le Ministère français des Affaires Etrangères : le titre choisi pour cette conférence, était, en fait, celui d'un livre sorti récemment édité à compte d'auteur, approuvé sinon suggéré par Hervé de Charette, soutenu par l'actuel ministre des Affaires Etrangères, Hubert Védrine.
Loin d'une sèche énumération l'auteur développe les thèmes les plus importants dont sont en charge les fonctionnaires du Quai, ceux-ci mêmes ne pouvant embrasser qu'une partie des tâches : " c'est à Paris que j'ai connu 80% des activités du Ministère en quatre ans, mais 20%, seulement tout au long de ma carrière "... Les données évoquées, dans une argumentation itérative et brillante, seront regroupées selon les thèmes de réhabilitation, évolution et progrès, fidélité et défense.

Pour une réhabilitation du Quai d'Orsay

Le Quai n'a pas pour habitude de " communiquer ". Les notes de services arrivent au bureau du Ministre et ne le quittent pas ; il existe une tradition de secret, de prudence, de réserve. Qui plus est, le personnel ne participe jamais au tintamarre des grèves des fonctionnaires (comme c'est le cas ce 30 janvier précisément) !
Le conférencier cite plusieurs institutions relèvant des Affaires Etrangères : comme celles situées à Nantes, siège d'une " décentralisation réussie " dès les années 70, où opèrent environ 900 agents (comptabilité, système d'information, imprimerie, Service central d'état-civil - Scec -). C'est ici, au sein d'une sous-direction spécialisée, que se trouve le Service des étrangers en France, relié au " Réseau mondial des visas " et au système de consultation Schengen, ou encore le " Bureau des visas pour les Algériens ", pièce maîtresse de la relation avec l'Algérie ; et surtout le service de conservation de l'état-civil (14 millions d'actes conservés) concernant les " nationaux " ayant à l'étranger, enregistré un acte officialisé de leur vie civile, également certains européens nationalisés, les ressortissants des Tom (Ex. Mayotte), ou les ex-ressortissants français des colonies. Le Scec, accomplit un travail " usant " avec une remarquable efficacité. Le conférencier cite encore, à l'appui de son entreprise de réhabilitation, l'Ofpra (réfugiés et apatrides) " modèle de fonctionnement " où 500 personnes environ s'acharnent à répondre à des demandes

d'asile atteignant parfois les 4 000 par semaine, en observant des mécanismes de grande complexité (175 000 réfugiés admis à ce jour en France - 390 000 demandes aux portes des quinze en 2000). Citons encore l'adoption qui concerne deux fois sur trois des enfants étrangers. " Mon livre déclare Alain Bry ne contient aucune méchanceté ", toutefois l'auteur s'en prend vivement aux journalistes - presse, radio , télé - qui pointent leurs critiques sur des détails, ne rectifient à peu près jamais leurs erreurs, et font preuve des pires préjugés.

Evolution et progrès

Le Quai d'Orsay moderne d'esprit, bien équipé, utilise toutes les possibilités des logiciels et des réseaux de communication. Ses structures se sont adaptées aux réalités politiques et diplomatiques. Ainsi la féminisation (15 Ambassadrices, 40 Consules) s'opère-t-elle ici comme ailleurs, et avec succès.
Les " Ambassades multilatérales " se développent, plus ramifiées et diverses que les classiques Ambassades bilatérales ; par exemple à Bruxelles " les responsabilités réelles se prennent là pour l'avenir de la France ", à Montréal où l'on fait face à d'énormes responsabilités en matière d'aviation civile. Berlin est un bon exemple d'Ambassade bilatérale étoffée en fonction de son importance dans les relations avec notre premier partenaire européen, alors que l'importance de nos ambassades européennes décline.
Mais le conférencier insiste sur la primauté du politique : " il faut étoffer Paris où les principales décisions sont prises ". Les Ambassadeurs et Consuls - l'importance de ces derniers grandissant - ne doivent cesser d'y venir. L'intégration du Ministère de la coopération - la rue Monsieur - dans celui des Affaires étrangères - aussi aisée que de " fusionner Jésuites et Dominicains " ! - illustre encore la force de la politique contre le carcan des habitudes hérité de l'ère post coloniale, " la plus grande réforme administrative faite depuis la disparition du Ministère des colonies ".

Fidélité et défense

Le Quai d'Orsay défend les intérêts français dans un esprit d'amitié avec ceux que l'histoire et la langue rapprochent, tout autant que les liens économiques. Les Etats francophones disposent de crédits et de conseils, même si, une certaine dilapidation des aides est patente. Les 32000 enseignants de par le monde tissent des mailles de filet efficaces aux irréductibles du tout-anglais. Le Quai connaît mieux que personne où se trouvent encore les amis, telle la Pologne de Geremek si merveilleuse et lucide dans la liberté retrouvée.

Notes d'Henri Douard