CONFERENCE DU 8 novembre 2001

Cycle " Phénomènes religieux et spirituels dans le monde "


CHRETIENS, JUIFS ET MUSULMANS : NOS VALEURS COMMUNES par Michel LELONG

" Il n'y a qu'un seul Dieu pour les trois religions, mais il y a plusieurs manières de le voir, de le vénérer et de lui obéir. Et ce qui nous unit est plus important que ce qui nous sépare ". La conclusion du Père Michel Lelong faisait écho à l'introduction de Pierre Coulhon : " C'est le même souffle de vie qui inspire les textes fondateurs".

Et pourtant, tout au long des siècles, que d'incompréhensions et de conflits ! Les réactions aux récents événements appelant à " la guerre du bien contre le mal ", à " une nouvelle croisade " réveillent des antagonismes qui remontent aux origines historiques de chaque religion. Car il y a, de l'une à l'autre, à la fois continuités et ruptures.

Continuités et ruptures

Entre juifs et chrétiens :

Les chrétiens considèrent que le Christ, dans la continuité du judaïsme, accomplit la Bible et les prophètes, mais que, au-delà de la Loi et du peuple élu, la liberté chrétienne est donnée, dans le Christ, à tous les peuples.
De là, au cours des siècles, bien des incompréhensions, des préjugés mutuels et des malheurs.

Entre musulmans et chrétiens :

Les musulmans vénèrent Jésus en tant que prophète, mais ne croient pas en sa divinité. Ils ne croient pas plus à la Trinité, ni aux sacrements. Pour eux, le Coran remplace ce sur quoi les chrétiens se sont trompés.
De leur coté, ceux-ci pensent que le Coran contredit le message du Christ. Ils se sont sentis agressés par l'Islam lors de l'expansion musulmane au point qu'ils ont alors appelé à la combattre.

Les valeurs communes :

Elles ont été soulignées par Jean-Paul II dans de nombreuses déclarations publiques.

- L'homme est une créature de Dieu : il vient de Dieu et retourne à Dieu.
- Toute personne humaine a droit au respect, spécialement les plus pauvres et les plus menacés.
- Dieu est avec l'innocent persécuté ; il faut lutter pour la justice contre le conformisme.
- La mort n'est pas le terme de la vie ; de même que Dieu crée l'univers à chaque instant, de même Dieu redonnera la vie à celui qui l'a perdue.

Pour un dialogue de vérité :

Les événements récents rendent plus urgent que jamais un vrai dialogue pour dépasser les incompréhensions et les divergences.

Une nécessaire rigueur intellectuelle et morale

Il faut distinguer les messages des religions et la façon dont ils sont vécus par les fidèles. Les croyants de toutes les religions doivent reconnaître que nos communautés ont fait, dans l'histoire, des choses merveilleuses, mais que toutes ont fait preuve, à un moment ou à un autre, de fanatisme et d'intolérance.

Au lieu de porter des jugements sur les autres, chacun devrait se demander dans quelle mesure lui-même et sa communauté sont fidèles aux valeurs dont ils se réclament.

Il faut savoir écouter et veiller à ce que l'autre puisse se reconnaître dans ce que l'on dit de lui.

L'importance des rencontres personnelles

Le Père Lelong fait part de sa propre expérience : il venait de perdre son frère, officier dans un régiment de tirailleurs marocains, lorsqu'il a été accueilli par une famille tunisienne qui venait de perdre elle-même un enfant. Il a constaté les mêmes réactions de foi, de courage et d'espérance en la vie éternelle que celles qu'il avait vécues quelques semaines avant, dans sa propre famille. Il a découvert que l'Islam était porteur de vraies valeurs et que l'image de fanatisme et d'intolérance qu'on lui en avait donnée, n'était pas fondée.

Dans l'histoire, les rencontres personnelles qu'ont pu avoir des chrétiens comme St François d'Assise ou le Cardinal Lavigerie, fondateur des Pères Blancs, avec les autorités musulmanes, ont révélé des convergences étonnantes et grandement influencé leur pensée. Plus près de nous, le Pape a participé, lors de ses voyages, à de nombreuses rencontres avec des autorités juives et musulmanes. Mais les institutions fonctionnent encore trop en vase clos. Il y a de plus en plus des exemples de prières en commun, même si chacun a ses rites qu'il n'y a pas lieu de mélanger.

Devant les événements actuels, les responsables des communautés religieuses doivent prendre l'initiative de rencontres pour faire respecter leurs convictions. Se sera l'occasion de découvrir entre eux des convergences qu'on leur avait cachées.

Notes de Michel Menestrier

 

Le Père Michel Lelong, Père Blanc, a été présenté dans Regards sans frontières d'octobre 2001 Son dernier livre sur l'Islam a pour titre " La Vérité nous rend libres ".