Colloque du 30 novembre 2001 sur la contruction européenne

Discours de cloture du président d'aRRi, ci-aprés

1- Programme de la journée

Réussites et difficultés de la coopération Franco-Allemande
Les relations politiques entre la France et l'Allemagne piétinent...L'Europe hésite entre son approfondissement et son élargissement. aRRi organise ce colloque pour donner la parole à ceux qui vient concrètement et quotidiennement la relation franco-allemande soit dans le domaine des entreprises soit dans celui des institutions.

9h00 Ouverture : Serge BOIDEVAIX
Ambassadeur de France


9h30 La coopération franco-allemande dans le monde des entreprises

Table ronde Entreprises avec :

Henri CONZE, ingénieur général de l'armement
Robert DIETHRICH, EDF, directeur adjoint Europe
Jean-Claude PELLEGRIN, directeur bureau VERITAS (er) pour l'Allemagne
Pierre SOLENTE, président du cercle franco-allemand
Ulrike STEINHORST, directeur à la société DEGUSSA
Jean-Marie VALENTIN, professeur à l'institut universitaire de France, Paris-Sorbonne
Emmanuel VIGNAL, directeur financier à BIO-MERIEUX

Modérateur : Monique GUYARD
Rédactrice en chef de Regards sans frontières

12h30 Buffet

14h30 La coopération franco-allemande dans le
domaine des institutions

Table ronde Institutions avec :

Bernard LALLEMENT, président de la fédération des associations franco-allemandes
Marianne MÜHLECK-ELSÄSSER et Annie-Claire GABOREAU, respectivement professeur de français à Bad Schüssenried et professeur d'allemand au collège André Malraux
Georg NACHTSHEIM, général commandant la brigade franco-allemande
Jobst PLOG, président d'Arte
Jean SENOT, chargé des échanges d'électricité entre France et Allemagne à RTE
Dominique TREILHOU, journaliste à Berlin

Modérateur : Jean-Philippe BERNARD
Club Réalités Internationales d'aRRi

17h30 Conclusions : Jean-Michel FAUVE
Président d'aRRi

18h00 Fin du colloque

 

Discours de cloture de Jean-Michel Fauve, président d'aRRi

Je vous remercie beaucoup d'être venus aussi nombreux à ce colloque et d'avoir participé aux débats avec les deux tables rondes. Elles ont réuni des femmes et des hommes, des allemands et des Français, des entrepreneurs et des fonctionnaires, des jeunes et des moins jeunes ayant tous en commun d'être présents sur le terrain des réalités franco-allemandes.

Merci à Serge Boidevaix d'avoir témoigné, une fois de plus, de son attachement à l'egard d'aRRi et d'avoir éclairé avec autant de brillance le champ de nos travaux.Merci à Monique Guyard et à Jean-Philippe Bernard d'avoir animé les débats, merci à vous, participants aux tables rondes, qui avez bien voulu répondre à notre invitation ; merci de nous avoir fait part des réalités franco-allemandes telles que vous les vivez concrètement, au quotidien, sur le terrain …et de nous avoir dit , à partir de votre expérience, quels remèdes pourraient venir à bout de l'apathie qui semble frapper nos dirigeants en matière de coopération franco-allemande.

Il me semble que le temps est venu de susciter un mouvement d'opinion, de réunir les forces de la société civile qui pensent que la coopération franco-allemande est la réponse d'actualité, la réponse durable et la réponse nécéssaire aux interrogations que pose la construction européenne.

Avec l'elargissement, conséquence heureuse de l'effondrement de l'URSS, une nouvelle phase de l'histoire européenne s'est ouverte. Les hommes politiques tatonnent, des tendances apparaissent pour en revenir à la situation qui prévalait au début du siècle dernier. La Real Politik, c'était chacun pour soi; l'ambition de chacun, c'était l'abaissement de l'autre ; la rivalité entre les uns et les autres était la règle . En revenir là serait nouvelle folie.

Le temps presse. Le monde a besoin d'une Europe vivante, dynamique, humaniste et généreuse pour favoriser, dans le monde, le dialogue entre les riches et les pauvres, le Nord et le Sud, l'Occident et l'Orient. La parole de l'Europe est attendue avec impatience.

Alors commençons par exister ! L'Euro ne suffit pas à faire l'Europe. Seuls l'Allemagne et la France sont en situation de constituer la base d'un projet de nouveau traité, renforçant la coopération dans tous les domaines, à commencer par la Défense et la Politique étrangère. Une nouvelle impulsion est nécéssaire.Les fermmes et les hommes de terrain que nous avons entendus peuvent y contribuer.

Nous allons, à notre modeste dimension, faire ce pourquoi nous existons : parler fort et agir, diffuser largement vos reflexions et propositions, être fidèles à notre vocation d'Alerte aux Réalités Internationales pour dire aujourd'hui "Alerte à l'Europe ! "