Conférence du 26 mars 1998

Cycle "Religions du Monde"



L'OPUS DEI ("L'oeuvre de Dieu")
Conférence-débat de Luc Nefontaine, Professeur à l'Université libre de Bruxelles


Que recouvre ce mouvement intérieur à l'Eglise catholique ? société secrète ? puissance occulte ? secte ? quel levain dans quelle pâte ? L'Opus Dei est un Mouvement, une institution à vocation religieuse, créé à la fin des années 1920 par un jeune prêtre espagnol Josémaria Escrivà de Balaguer, bénéficiaire d'une vision pour appeler tous les hommes à la sainteté sans qu'ils doivent pour cela abandonner leur état laïc.

Le contexte historique de cet "Appel universel à la sainteté" à l'époque en Espagne : monarchie d'Alphonse XIII appuyant la dictature de Primo de Rivera (1923-1930), victoire des républicains en 1931, exil du Roi, front populaire en 1936, insurrection militaire du Général Franco, guerre civile sanglante (1936-1939)... explique l'émergence de ce mouvement. Emergence parallèle à celle d'une théologie du laïcat bienvenue en Espagne alors que pendant la révolution les prêtres et les religieuses sont pourchassés, voire exécutés. L'Opus Dei est une "prélature personnelle" depuis 1982, statut prévu par le Concile Vatican II composée de prêtres et de laïcs liés par une convention et dirigée par un prélat, nommé à vie pour exercer des oeuvres particulières, pastorales ou missionnaires. Approuvé dès 1947 par Pie XII, l'Opus Dei couvre non seulement l'Espagne mais aujourd'hui les cinq continents (plus de 30 000 membres en Espagne, 30 000 en Amérique latine, 6 000 en Italie..).
En France, son implantation est plus récente, avec environ seulement 1 500 membres sans doute parce que cette spiritualité ne correspond pas à nos mentalités.

Organisation.

En règle générale l'Opus Dei s'implante d'abord sur les campus universitaires (résidences d'étudiants, tutorats, animations spirituelles) mais aussi sous forme de clubs, de centres de formation professionnelle, dans la presse et la publicité "oeuvres collectives d'apostolat" qui fonctionnent surtout parmi les élites. L'Opus Dei est composé de :

La prélature est scindée en deux sections, hommes et femmes, totalement séparées. Minorité de prêtres, environ 2%. Une quinzaine d'évêques sont membres de l'Opus Dei. Le mouvement s'est surtout développé durant les décennies 1950 et 1960 grâce au charisme de son fondateur, homme de communication qui a multiplié ses voyages Mgr Escrivà est mort en 1975. Son corps repose en l'Eglise Sainte-Marie-de-la-Paix à Rome. Il a été béatifié le 17 mai 1992 à Saint Pierre de Rome. Les dirigeants de l'oeuvre visent désormais sa canonisation.
Après Mgr Alvaro del Portillo, l'actuel prélat de l'Opus Dei est Mrg Javer Echevarria. L'Opus Dei possède un important patrimoine immobilier. Son siège central est à Rome. Il a un bureau d'information et un porte-parole, François Gondrand, à Paris.

Spiritualité.

Pour l'Opus Dei, le travail est conçu comme chemin de sainteté. "sanctifier le travail, se sanctifier dans le travail, sanctifier par le travail". Atteindre la perfection dans son travail professionnel. Thématique développée dans le livre du fondateur : Camino (chemin) qui à travers 999 maximes invite à un changement de vie dans la voie de celle du Christ. Les pratiques spirituelles des membres de l'Oeuvre passent par l'adoption d'un "plan de vie", organisation optimale de ses occupations diverses chaque jour. Il leur faudra quotidiennement assister à la messe, lire le Nouveau Testament et des ouvrages de spiritualité, réciter le chapelet et pratiquer l'examen de conscience. Une confession hebdomadaire, une retraite mensuelle encadrée par des prêtres de la prélature, une retraite plus longue et un pèlerinage à Rome. Combat permanent contre Satan. Le fondateur recommande le jeûne, les sacrifices volontaires, les mortifications corporelles (dolorisme comme moyen de spiritualité" la douleur sel de notre vie").

Le membre de l'Oeuvre doit choisir parmi les prêtres de l'Opus Dei un directeur spirituel auquel il doit obéissance et chez qui il va régulièrement se confesser. "Les laïcs ne peuvent être que des disciples". Tout un contexte de critique de l'esprit critique; obéir est un chemin sûr, le directeur spirituel est là pour le guider dans ses lectures. Soumission de la conscience au directeur spirituel. Le fondateur s'est aussi prononcé sur le mariage, sur la morale conjugale, il s'affiche comme un farouche défenseur de l'encyclique "Humanae Vitae" de Paul VI (condamnation du recours à la pilule ou aux préservatifs). Attachement indéfectible aux successeurs de Pierre, exécution sans faille de la politique romaine. L'Opus d'ailleurs encourage une formation spécialisée en droit canonique, la législation ecclésiastique.

Mais l'Opus Dei est l'objet de vives critiques dans les milieux catholiques eux-mêmes. Il est considéré par certains comme un mouvement présentant des caractéristiques sectaires. Mise en cause de l'autorité parentale, détournement d'héritage, endoctrinement, culte rendu à la personnalité du fondateur et à sa famille. "Catholicisme intégral" selon Emile Poulat, intégralisme selon le théologien Hans Urs Von Balthasar. Adresse de recommandation du Cardinal Hume, archevêque de Westminste. Peu d'intérêt pour le dialogue, l'oecuménisme. Rien sur le discernement chrétien, cette faculté qu'à l'homme de chercher à découvrir par lui-même la volonté de Dieu. Peu de transparence quant aux moyens matériels dont dispose l'Opus Dei : revenus des numéraires, subsides étatiques dans certains pays ; des "coopérateurs" participent aux activités de l'Oeuvre en donnant de l'argent ainsi que des congrégations religieuses "coopératrices". Le thème de la charité n'est pas significatif de la spécificité opuisienne.

Notes de Jacques Braconnier