CLUB du 6 juin 1997

 

INTERNET REVOLUTIONNE L'ENTREPRISE
Exposé d' Etienne Dreyfous


Les échanges de données informatisées permettent la collecte des informations décentralisées, facilitent la recherche et l'innovation, forment l'outil de décision et donnent des opportunités nouvelles pour affiner une gestion étendue de l'entreprise à un partenariat jusqu'alors impossible à atteindre commodément.

Le chemin parcouru.

La standardisation des méthodes d'échanges de données informatisées nécessaire pour permettre la communication entre correspondants d'origines très diverses a abouti grâce aux efforts des Nations Unies. C'est ainsi qu'a été créé le langage EDIFACT dont l'utilisation universelle permet à des acteurs publics et privés de pays à culture différente de converser. C'est la convergence des progrès enregistrés parallèlement dans trois domaines différents qui crée un environnement télématique totalement différent.

La technologie.

La numérisation des télécommunications crée une osmose complète dans l'utilisation de l'information et des télécommunications de sorte qu'il devient possible de traiter sur un même support le texte, la voix et l'image. L'amélioration remarquable de la performance des composants informatiques permet d'effectuer des millions de transactions par seconde à coût très bas et de les introduire dans des terminaux mobiles et autonomes conférant à l'utilisateur une liberté et une puissance de calcul et de communication précédemment inconnue. L'établissement d'un réseau satellitaire de communication permettra à bref délai, sans limitation de performance ou de limitation géographique, de communiquer avec le monde entier avec une commodité inégalée. L'utilisation des techniques dites hypertext, l'utilisation de logiciels simples dits de navigation pour réaliser des communications et des échanges de données à travers le monde aboutissent à la mise à la disposition du public d'un ensemble de réseaux "Internet" à travers lequel toutes les communications deviennent possible.

La libéralisation des télécommunications

Les traités signés au sein de l'Organisation Mondiale du Commerce permettent le recours à ces technologies dans tous les pays et à l'utilisateur de bénéficier d'offres de services beaucoup plus innovantes dans un environnement concurrentiel excluant désormais tout monopole. Théoriquement possible la libéralisation des échanges commerciaux, le devient en pratique grâce à l'utilisation des nouvelles technologies de l'information elles mêmes rendues disponibles par la libéralisation des télécommunications.

L'importance stratégique des flux d'information.

La maîtrise sécurisée des flux d'information dans le nouvel environnement conditionne la liberté de choix des nouvelles stratégies commerciales et industrielles et donc la survie de l'entreprise. Celle-ci se trouvera plongée dans un environnement commercial nouveau, face à de nouveaux concurrents, mais aura en contre partie la possibilité de lier plus commodément de nouveaux partenariats, d'avoir accès à de nouveaux marchés, voire de délocaliser avec une plus grande souplesse tout ou partie de sa production. La modification des techniques de conception élargie de produits, le recours à l'ingénierie parallèle, le développement de la technique des flux tendus, l'accélération des échanges financiers, l'accès à un marketing plus pertinent ainsi qu'à l'intelligence économique bouleverseront la vie de l'entreprise.

Les relations entre multinationales, grande distribution et sous traitants, s'en trouveront facilitées bien souvent au profit des PME. La mise en place de systèmes parallèles d'échanges de données déclaratifs et de demandes d'autorisations entre entreprises et Administrations seront au centre des préoccupations des gouvernements dans une recherche de modernité qui s'étendra au traitement des achats publics. En France de nombreux projets de cet ordre sont en cours de réalisation dans la Défense, le Transport, la Santé, la Justice et l'Enseignement...

Les risques.

Pour profiter de ces nouvelles opportunités l'entreprise devra apporter une attention particulière aux effets induits des recours à ces technologies de l'information. La méconnaissance du lieu géographique dans lequel certaines transactions informatiques prennent place sur Internet, par opposition au Minitel, font que l'entreprise se trouve en face de correspondants dont le domicile devient virtuel. Il peut en être ainsi des serveurs donnant accès à Internet ou de correspondants dont on ne connaît pas nécessairement l'implantation géographique du lieu de traitement des données échangées.

Cette situation inédite est susceptible de créer des problèmes graves sur le plan juridique, fiscal ou de propriété intellectuelle à moins de précautions préalables dans l'établissement de règles d'échange de données. Certains logiciels proposés sur Internet sont susceptible de pénétrer dans l'architecture du système informatique émetteur et de se saisir d'informations commerciales ou industrielles sensibles. La vérification de la sécurisation des échanges doit être une préoccupation majeure de l'entreprise, d'autant plus que la mise en place de systèmes de sécurité basés sur la certification de l'identité de l'émetteur et le recours souvent essentiel à la cryptographie peuvent être détournés en un moyen de choix de pénétration de l'information.

Cas particulier des Etats-Unis d'Amérique

Sous l'impulsion personnelle du Vice Président Gore et du Ministère de la Défense, les Etats Unis ont été les premiers à comprendre ce que ces nouvelles technologies pourraient leur apporter dans le cadre d'une guerre économique, ou tout simplement dans la vente de matériel et de services télématiques. Cette action gouvernementale tous azimuts, qui couvre les domaines commerciaux, industriels et diplomatiques est d'autant plus efficace qu'elle est appuyée par de grands acteurs industriels dont l'avance technologique alliée à des moyens financiers considérables permettent à ce pays de prendre des positions dominantes un peu partout dans le monde. C'est ainsi qu'IBM affiche $5,4 milliards de bénéfices annuels pour $75 milliards de chiffre d'affaires, Microsoft $2,2 pour $8 milliards de chiffre d'affaires, Intel $5,2 milliards pour $20 milliards de chiffre d'affaire....etc

Conclusions.

Ce nouvel environnement conduit à une remise en jeu totale des composantes techniques, financières, commerciales, industrielles, voire éthiques de la stratégie de l'entreprise. La transformation des activités de l'entreprise peut-être du à ce point important que l'on voit arriver des entreprises virtuelles. C'est ainsi qu'un grand transporteur aérien étranger envisage de réduire ses effectifs de 60.000 agents à 600 environ, à mettre en vente tous ses actifs à l'exception de son système d'information à partir duquel il se propose de maîtriser l'ensemble de ses activités sous forme de sous traitances avec un maximum de souplesse. Sur le plan social cette mutation conduit à la banalisation d'une précarité de l'emploi qui ne saurait être ignorée.

Extrait de notes du Conférencier.